Baccalauréat : ce que Jean-Michel Blanquer veut changer

Baccalauréat : ce que Jean-Michel Blanquer veut changer


Le baccalauréat "doit reprendre plus de sens", explique Jean-Michel Blanquer qui estime qu'il faut "en finir avec le bachotage". Le ministre de l'Éducation nationale a annoncé le début d'une réforme du baccalauréat, pour "redonner du sens" à cet examen, dans un entretien au " Parisien " publié ce lundi.

La consultation de "tous les acteurs de la communauté éducative" doit s'achever en février. "On se donne du temps", souligne le ministre. Dans les faits, cela pourrait aller très vite.

Quatre épreuves et la suppression des filières?

"Notre fil directeur à l'égard de quatre matières pour les épreuves finales du bac", avance le ministre qui reconnaît que "la disparition des filières L, S et ES est une option, mais parmi bien d'autres" .

«Le bac à la fois certifie une qualité atteinte à l'enseignement secondaire, mais aussi aide à réussir par la suite», assure-t-il. "Qu'il soit un tremplin vers le supérieur pour les élèves." Pour l'état, ce nouveau bac est prévu pour 2021 et les premiers aménagements d'intervenir dès la rentrée 2018 pour les élèves de seconde, note " LCI ".

Pour l'enseignement supérieur, le conseil des ministres doit examiner la fin du mois le projet de loi sur les nouvelles modalités d'entrée à l'université qui doit supprimer le tirage au sort dans les filières les plus demandées à l'université et réduire l'échec en première année.

Refonte de la journée du mercredi

Concernant le temps périscolaire, le ministre annonce la création d'un plan mercredi. "A mes yeux, l'important est plutôt de faire un plan que les enfants fassent quelque chose d'intelligent et d'utile sur le temps périscolaire. et des Sports, Françoise Nyssen et Laura Flessel. "

"L'objectif est de venir en appui aux collectivités pour tous les mercredis de France en richesses en activités culturelles et sportives de qualité", précis-t-il.

Jean-Michel Blanquer indique également "en train de préparer la création d'unités qui seront efficaces avant la fin de l'année".

«Il y a une dimension juridique, pédagogique, pratique et psychologique pour les professeurs qui ont besoin d'un conseil, d'une expertise devant certaines situations. est primordial que la réponse apportée puisse être identique dans tous les établissements "explique le ministre pour qui" à chaque fois qu'il y a atteinte à la laïcité dans une école, un collège ou un lycée, le professeur concerné ne doit plus se retrouver seul ".

Enfin, Jean-Michel Blanquer veut que «l'autorité soit rétablie dans le système scolaire» et «demandé à tous les chefs d'établissement d'organisateur de conseils de discipline chaque fois que ce nécessaire, car ce n'était pas encore fait. "

(avec AFP)

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *