Le CSA révoque le président de Radio France Mathieu Gallet

Le CSA révoque le président de Radio France Mathieu Gallet


Le verdict est tombé pour Mathieu Gallet. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a annoncé ce mercredi 31 janvier dans un communiqué avoir "décidé de retirer son mandat" au président de Radio France, condamné le 15 janvier pour favoritisme 'Ina, ce qui avait poussé le gouvernement à réclamer son départ.

Le CSA a précisé qu'il doit être dans la journée les motifs de sa décision. Mathieu Gallet a été condamné à une prison avec sursis et 20.000 euros d'amende, pour avoir favorisé deux sociétés de conseil à l'Institut national de l'audiovisuel.

A la question de savoir si Mathieu Gallet était en capacité de continuer à diriger pleinement Radio France, premier groupe français de radio, les sept membres du Conseil supérieur de l'audiovisuel ont répondu "non".

C'est une décision sans précédent pour l'autorité de régulation, qui avait longuement auditionné lundi le PDG de Radio France.

Son maintien jugé "inacceptable"

Françoise Nyssen a été jugée inacceptable par Radio Nacelle. «s'empare de lui démissionnaire – avant même sa condamnation – et un fait appelé du jugement.

a été fait au CSA, qui détient actuellement le pouvoir et a été révoqué par les patrons de l'audiovisuel public, qu'il revenait de statuer sur son tri à Radio France. La procédure de la dernière instance arrêtée par la dernière loi par l'autorité de régulation

Choix cornélien

Mathieu Gallet avait déjà été confronté à des événements au début de son mandat à Radio France, notamment une dépense sur le coût de la rénovation de son bureau et sur ses dépenses en communication, des suppressions de poste. Mais il ya like in the period time to have a solid state, with the finances as well as return to the balance record and year record siège du CSA.

Olivier Schrameck. Le CSA ne dispose pas d'une jurisprudence pour guider sa décision, et a donc porté une «appréciation d'ensemble», selon les mots de son président. "Ma responsabilité, c'est l'indépendance du CSA", avait aussi lancé, sans dévoiler à l'époque ses intentions concernant Mathieu Gallet.

Un choix cornélien, alors même que l'exécutif prépare une réforme en profondeur de l'audiovisuel public. En écartant Mathieu Gallet, CSA, coure en effet le risque de tomber dans une injonction du gouvernement et s'expose à un recours judiciaire probable devant le Conseil d'État. L'inverse, dans le maintenant à son poste, il se voit reprocher de chercher à défendre à tout prix son fils.

C'est le CSA lui-même qui a été nommé Mathieu Gallet à la tête de Radio France en 2014, à la surprise générale, en faisant le directeur de l'INA (qui vient d'avoir 41 ans) le plus jeune patron de la radio publique.

Le départ du dirigeant, c'est le nom des administrateurs de Radio France qui a été nommé par le CSA qui assure l'intérim à la tête du groupe public, comme le prévoient les statuts du groupe, avant que le Conseil supérieur de 'audiovisuel ne constitue pas un successeur, un processus qui nécessite plusieurs mois.

C'est la première et la dernière fois, a priori, que le CSA pourrait exercer son pouvoir de révocation des dirigeants de l'audiovisuel public, avec le gouvernement, donner aux conseils d'administration des groupes concernés et démettre leurs présidents. La mesure doit être comprise dans un projet de loi qui sera présenté à la fin de l'année.

(Avec AFP)

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *