Saint-Etienne-du-Rouvray : 3 services de renseignement avaient repéré l’un des terroristes

Saint-Etienne-du-Rouvray : 3 services de renseignement avaient repéré l’un des terroristes


"Les informations se sont évaporées …" Trois services de renseignement français différents suivent à la trace Jacques Hamel en son église de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016, dit le mercredi le "Canard enchaîné".

Saint-Etienne-du-Rouvray: les ratés et les magouilles du renseignement français

Mediapart avait déjà révélé, début janvier une semaine avant l'assassinat, la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) a eu connaissance des messages Telegram d'Adel Kermiche , évoquant une "attaque dans une église" et mentionnant le village de Saint-Etienne du Rouvray. Un policier de la DRPP en effet a rédigé une note en état de ces messages, avait assuré le pure-player. Vérifié par l'Inspection générale de la police nationale du 14 janvier.

"Une fois le prêtre assassiné, le DRPP a alors postdaté deux documents pour masquer sa passivité", en faisant pression sur ce brigadier, également intercepté en s'appuyant sur les déclarations de plusieurs policiers de la DRPP sous couvert d'anonymat. Des accusations rejetées par la préfecture de police de Paris, dont dépend la DRPP.

Les trois notes du renseignement militaire

Mais selon le "Canard", la DRPP n'était pas à surveiller Adel Kermiche. Des agents de la Direction du renseignement militaire (DRM) ont également infiltrés dans la chaîne de propagande lancée le 11 juin sur Telegram par Kermiche sous le pseudo de "Jayyed". Ces derniers ont rédigé trois notes les 22, 25 et 26 juillet. La dernière publication du matin du jour de l'assassinat du père Hamel. Ces trois notes, rapporte le "Canard" à Levallois-Perret.

Mais ce n'est pas tout! En plus de la DRPP et de la DRM, un troisième service de renseignement a également été signalé par Adel Kermiche. Le 21 juillet, two five days before the attentat, the Service central du renseignement territorial (SCRT) en effet transmettre une note à tous les services de police un certain "Jayyed", dont il fournit une photo foule, appeler à commettre des attentats en France, notamment dans les lieux de culte.

Problème: ni la DRM ni le SCRT n'attend la procédure d'urgence, qui prévient, dans la perspective d'un incident imminent, de prévenir l'état major de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) .

"Une fois de plus, les informations sont évaporées dans le sinueux alambic du renseignement français", pointe l'hebdomadaire satirique.

R.D.

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *