Dans le désert d’Arabie, on s’entraîne à vivre sur Mars

Dans le désert d’Arabie, on s’entraîne à vivre sur Mars


Aller vivre sur Mars. Il y fait très froid, l'atmosphère est irrespirable, les radiations solaires sont dangereuses et sur y pèse à peine plus de niveaux de son poids. Ceux qui y viventont, qui sont les sources d'énergie et d'eau, s'abriter, et même faire leur nourriture, sans compter les expériences scientifiques. (La recherche de la vie, l'étude du sol et du sous-sol. ..).

Les "analogues": recréer les conditions martiennes

Difficile de se préparer vraiment à une aventure. Bien sûr, les astronautes de la station spatiale internationale apportent des informations précieuses, notamment sur le comportement de l'organisme en micro-gravité, mais cela ne suffit pas. How to use the place of the human people?

Même si les simulations terrestres ne peuvent pas reproduire toutes les conditions martiennes, les missions "analogues" tentent de mettre en place des astronautes dans les situations se rapprochant de ce que vivait déposait le pied sur Mars .

Ce n'est pas un jeu de rôle que la grandeur nature: l'objectif est bien de tester les équipements, les technologies, et d'étudier les comportements dans les situations comparables aux missions de longue durée, en général dans les régions arides ou désertiques.

"Le but d'une simulation de Mars sur Terre est de préparer les futures missions habitées sur la planète rouge", confirme le Dr Gernot Grömer, président du Forum Spatial Autrichien et responsable de l'expédition.

Les "astronautes" dans le désert du Sultanat d'Oman (Les temps d'Oman)

Le Forum Autrichien de l'Espace ( OeWF ) connaît bien le sujet. Cette association dirigée par des spécialistes de l'aérospatiale, qui s'occupe de la recherche et de la communication auprès du grand public, est à sa 12ème mission "Mars analogue". Les plus récentes ont été amenées il y a 5 ans dans les sables du Sahara, près d'un Arfoud (Maroc) et un glacier des Alpes en août 2015 à Kaunertal (Tyrol autrichien).

Testeur le matériel … et les humains

Cette année, c'est le Sultanat d'Oman qui héberge un mois la base martienne de l'OeWF, au sud-est du désert d'Arabie Sur place, cinq "astronautes" européens qui ne sortont pas en scaphandre et qui se comportent comme des pros sur Terre. Même les communications avec le centre de contrôle basé à Innsbruck (Autriche) subissent un délai d'une dizaine de minutes semblable à celui que se rappellent des humains sur Mars.

Les cinq «martiens» de la mission 2018 © OeWF (Paul Santek)

Ils sont ingénieurs aérospatiaux, physicienne et physicienne, et ils ont des expériences variées pour le compte d'agences spatiales et d'universités. Ils vont par exemple installer une serre gonflable destinée à cultiver des mini-légumes hors-sol (un projet de l'agence spatiale italienne), ou tester des prototypes de véhicules autonomes et de scaphandre spatial.

Parmis ceux-ci, Avi-nav, un drone-hélicoptère, un chef de file, un véhicule propulsé par le vent et capable de collecter des images, des … Les "martiens du désert "also testeur des détecteurs sismiques capables de localiser des nappes d'eau proches de la surface.

Une autre expérience concernant l'utilisation courante d'une imprimante 3D, une technologie qui sera indispensable aux futures bases martiennes pour fournir des outils et des pièces détachées à la demande.

Il ne s'agit pas de tester le matériel ou les techniques, l'observation des relations entre les humains est aussi inestimable. Pour l'université de Vienne, ses études sur la fatigue physique et mentale des astronautes, et l'étude pour l'Université de l'Ouest (Canada) la dynamique d'un groupe dans une telle situation l'isolement Dans ce mais, l'université de Graz (Autriche) a rencontré au point un outil d'analyse vocale qui a réussi à évaluer l'état émotionnel et la santé mentale d'un équipage

Des bases "martiennes" permanentes à Hawaï et dans l'Utah

Si l'OeWF mène des missions différentes, dans différents endroits de la planète, ce n'est pas le cas d'autres analogues martiens. L'université d'Hawaï a son ​​propre camp une structure installée sur les pentes du Mauna Loa, à 2.500 mètres d'altitude. L'an dernier, un groupe "d'astronautes" et un passé huit mois.

La Société de Mars, une association internationale dédiée à la promotion de la conquête martienne, également sa station de recherche mais dans le désert de l'Utah ( ETATS-UNIS). Elle a été installée en 2001. Elle comprend un habitat de 8m de diamètre, sur deux étages, qui peut accueillir jusqu'à 7 personnes.

Alors que SpaceX vient de tester avec succès Falcon Heavy, pour l'instant la seule fusée capable d'envoyer des missions vers Mars, il est crucial que des simulations et des études aient lieu. Si la Nasa n'envie une mission habitée que vers le milieu des années 2030, il est possible que le secteur privé prenne la vitesse. Elon Musk étau d'ailleurs plutôt que le milieu des années 2020 …

Dans tous les cas, les astronautes sont traités à ce que les assistés pendent le voyage et sur place. Les expériences menées dans les divers "analogues" des y-maîtres.

 Jean-Paul Fritz "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *