Le date libertin de Quentin : “C’est donc un match à quatre”

Le date libertin de Quentin : “C’est donc un match à quatre”


Quand nous avons lancé cette série, nous avions l'ambition de raconter une époque.

Ce ne serait pas tellement le cas. Il s'agit d'un paysage: celui des nouvelles pratiques amoureuses. Aujourd'hui, on raconte une histoire de libertinage à l'heure des sites de rencontres.

Et ce n'est pas anodin. Internet a facilité ces rencontres. Dans une étude Ifop Publié en 2014 sur voyait bien cette progression. Car si 1970, 4% des sondés ont déjà eu un rapport sexuel en présence d'une ou plusieurs personnes adultes, en 2014, sur en comptait désormais 12%.

Voilà, et si vous avez vous-même vécu un "date" moisi, réussi ou juste original, écrivez-nous (rgreusard@rue89.com). Nous nous ferons une joie d'exorciser ou d'immortaliser tout cela dans nos colonnes.

Qui?

Quentin (29 ans) chargé de clientèle (c'est lui qui raconte)

Thomas (35 ans) musicien

Arthur & Sonia (autour de 35 ans tous les 2) chambres d'hôtes

Avant

J'ai été élevé par une mère célibataire et étouffante. Du coup, j'ai connu mes premières expériences des amitiés tard … Je n'osais pas trop parler aux filles, j'étais timide et physiquement, on va pas se mentir, j'étais pas beau gosse. Ça n'a pas changé beaucoup d'ailleurs mais aujourd'hui, j'ai confiance en moi. Ce qui change tout.

Bref, je n'ai pas réussi à aborder les filles jusqu'à ma vie. Et encore aujourd'hui, j'ai gardé une peur d'aborder les nanas directement. Cependant, sur Internet tout est devenu plus simple. Et aujourd'hui, c'est là que passe la majorité de mes rencontres.

J'ai commencé "sagement" pour ensuite me laisser tenter par les périodes de libertinage, par curiosité d'abord. Puis, je m'y suis habitué. J'ai rarement été monogame: je préfère l'amour libre.

Le match

C'était il y a cinq ou six mois sur "Nous libertins". J'aborde un couple qui se partage un profil. Sur les photos la nana (Sonia) est très mignonne, le mec du couple à lui (Arthur) dit qu'il peut participer, ou non … Ça me plait.

Une conversation naît entre nous. Je parle alternativement à Sonia ou Arthur, les deux sont très ouverts et consultent leur profil, sans faire à l'insu de l'autre. Si Arthur est parfois un peu effacé, Sonia me dévoile des photos qui me posent furieusement en appétit.

La discussion est assez agréable car elle sont tous les deux dans un bon état d'esprit libertin: il y a un pas de contraintes. Pas de critères imposés autour de la pilosité comme c'est souvent le cas par exemple. C'est d'autant plus agréable que c'est rare: dans le libertinage, à croire qu'on pourrait croire, il y a une forte tendance normative. Beaucoup d'objectivation des gens …

Donc sur parle de tout et de rien. Nos échanges sont chaleureux. Bon d'accord: un peu chaud. Sur un des petits bouts de conversations sur ce qui se passera quand on verra. On parle de sexe, de nos pratiques mais rien de vulgaire non plus. On n'entre pas dans les détails, par exemple. C'est léger. Sur déconne pas mal aussi.

Ce mélange est aussi appréciable car souvent, je trouve que la séduction et les conversations sont limitées dans le milieu libertin.

Ça marche plusieurs mois et un beau jour, on se dit qu'on peut voir le week-end qui arrive. Super! Ils m'informent qu'ils ont déjà pensé à un autre mec … qui est de ma ville. Comme il est inscrit sur le site, je lui parle aussi avant qu'on aille voir. Sur s'entend bien. C'est donc un match à quatre. On se plait tous.

Après, je suis assez tolérant au niveau du physique. J'ai vu mon premier film X à 17 ans et du coup, je n'ai pas été influencé par les normes du porno sur les histoires de pilosité ou de poids par exemple. En fait, du moment que je m'entends bien avec une personne, c'est possible.

Donc pourquoi pas. L'autre mec de ma ville est bi, le mec en couple aussi, et moi … Je suis bi avec une préférence pour les filles. Mais j'ai déjà essayé de faire des trucs avec des mecs, et ça ne me déplait pas. Je trouve que ça change.

Le jour

Donc, moi voilà en voiture. Je passe chercher l'autre mec de ma ville sur un parking pour nous rendre à notre petit plan à quatre.

Je le trouve pas mal. On parle bien. Sur aborde presque pas le sujet de ce qu'il se passe passe ensuite. Sur se demander commentaire sera la nana.

"- T'as vu ses photos sur le site?
– Ouais elle a l'air bien "

On parle du lieu dans lequel on se déchire.

"- Ça a l'air classe!
– Oui, t'as vu? Y a une piscine! "

En fait, on est comme deux potes qui parlent avant d'aller à une soirée. Je lui fais quand même remarquer, amusé:

«Ça fait bizarre de transporter quelqu'un avec qui fait un plan à quatre …»

Comme on est les deux libertins, on parle quand même de cul.

"Toi ça fait longtemps que tu es sur ce site?"

Le ton est celui d'une conversation normale. On se dit que le couple qu'on va rencontrer à l'air sympa, qu'ils ont l'air d'avoir une propriété bien sympa. Il y a de la musique dans la voiture ce qui autorise parfois des blancs dans la conversation.

Le trajet dure une bonne heure, et nous voilà, le cœur battant, entrant dans la grande maison d'hôtes de notre sympathique couple.

Leurs accueil est chaleureux et la fille me plait bien. On pose nos affaires dans cette grande maison. C'est une sorte d'hôtel avec plein de chambres et un grand parc.

Sonia et Arthur nous produisons à la piscine avec des cocktails. On s'installe sur les transats et on parle longuement. La discussion est très sympa. Ils sont Belges donc on parle beaucoup de différences entre la Belgique et la France. Ils expliquent que quand ils étaient en Belgique, ils ont beaucoup d'amis libertins et que l'esprit y était beaucoup plus sain. Les gens moins rivés sur cette idée de corps parfait. Ils déplorent:

"C'est moins amusant en France quand même …"

Donc la discussion est très sympa … mais très longue aussi. 2h30 de parlotte avant de passer à l'action!

Je suis resté au courant d'un moment parce que la conversation est sympa mais j'ai envie de passer à autre chose. Enfin, sur la finit à poil. On se baigne et on commence à se chauffer, et à boire … Bon, je ne tiens pas à l'alcool, donc je suis donc vite bourré. Trop bourré.

On fait l'amour au bord de la piscine. Les deux mecs sont dans l'eau. Je les rejoins. Sonia nous regardons allongée sur son transat. Je la rejoins. Les deux mecs s'amusent entre eux. Comme je suis ivre, ça se termine rapidement.

Après cette petite sauterie, on rentre dans la maison. L'alcool me monte vraiment à la tête. Je suis ivre et moi qui suis vomis copieusement dans la bassine que me tend (observatrice de mon état) ma charmante hôtesse. Sur grignote ensuite un truc à table. Continuez de parler. Je me sens un peu mal d'être complètement bourré alors que les autres sont sobres.

J'ai envie de plus mais mon état leur indiquent plutôt qu'il se lit … dans des chambres différentes. Thomas a sa propre chambre, le couple est ensemble, et je suis seul dans une chambre.

Je me réveille en plein milieu de la nuit, et j'ai envie de remettre ça … Mais tout dort. Ce qui est compliqué la nuit dans le libertinage, c'est que quand sur une envie, on ne sait pas si on peut rejoindre les autres qui forment un couple.

J'erre un peu. Je ne veux pas faire trop de bruit ou le réveiller. Le parquet grince. J'essaye de voir si tout le monde dort.

J'aimerais qu'il se passe un truc avec le couple et moi joindre à eux mais je ne vais pas non plus le réveiller et moi mettre au lit avec eux dans leur soi

"On baise?"

Donc, j'erre, j'attends, je me fais chier, je bouquine, en attendant l'aurore, bien trop loin. Le matin, j'essaie qu'on remette ça (pour l'alcool, je n'ai pas trop profité de la veille). Arthur et Sonia sont déjà levés, je leur propose que nous nous réjouissons pour qu'on puisse s'amuser ensemble … Mais Sonia n'est pas d'humeur. Elle a du travail à faire. Elle doit nourrir des animaux.

Quant à Arthur, il va à la piscine se baigner. Thomas n'est toujours pas réveillé et je dois l'attendre de toute manière. Je ne sais pas trop faire. Je demande si je peux faire le tour du domaine qui a l'air très joli à Arthur. Et là, il m'explique:

"Oui, tu peux balader! Pas de problème! Mais il faut que tu saches qu'il y ait les parents de Sonia qui vivent dans la même propriété."

C'est un vaste domaine, avec des petites maisons parsemées. Et les parents de Sonia sont parfaitement à ce que leur fille et leur gendre fassent avec les "invités" qu'ils se passent dans les chambres d'hôtes. Je suis un peu étonné mais je décide quand même de moi balader. Je fais le tour de leur grand jardin.

Là, je vois justement la mère de Sonia. Je suis torse nu parce qu'il fait chaud. J'ose un petit

"Bonjour!"

De façon super chaleureuse, elle me répond et nous entamons une conversation le plus naturellement du monde. On parle de bière belge. Je dis que j'aime pas la bière. Elle répond:

"Ah mais la bière belge, c'est quelque chose quand même!"

La conversation est banale et super sympa. Mais c'est quand même un peu bizarre de parler à la mère d'une fille que je suis tapée en compagnie de trois mecs la veille.

Elle me dit, elle, qui est tout fait à fait "OK" avec ce qui se passe entre sa fille et ses "invités" mais moi a annoncé que son mari est un peu moins. Son mari nous rejoint justement. Il est mal à l'aise. Sur l'échange un peu puis il repar.

Au réveil de Thomas, sur la décision de reprendre la route de notre ville. Le couple nous dit chaleureusement au revoir, en nous invitant pour le premier de l'an.

Après

Le trajet a été plutôt calme. On a parlé avec Thomas, on s'est dit que c'était sympathique. Sur un parlé du réveillon par SMS. Mais finalement un très bon pote m'a invité et j'ai préféré voir le Angoulême.

Mon avis sur les applis

Je pense que ça peut aider pour faciliter les rencontres. Beaucoup de gens se rencontrent par des applis. Moi, ça m'a vraiment aidé. Sans ça, j'aurais vraiment galéré. Après, en général le contact humain et la réflexion sont assez pauvres. Et je trouve que c'est encore pire quand on s'approche du libertinage. Les gens rejettent la séduction intelligente, légère et agréable.

En ce moment, on dénonce le harcèlement de la rue, et je trouve qu'on ne valorise pas assez la séduction, le consentement du consentement, et le jeu.

 Renée Greusard "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *