The Central Bank and Bitcoin… Do they care?

The Central Bank and Bitcoin… Do they care?


Le boom des cryptomonnaies et de leur technologie sous-jacente oblige les banques centrales du monde entier à s'asseoir et à prendre note. Après tout, Bitcoin, qui est la crypto-monnaie la plus grande et la plus populaire, avec ses pairs, contourne fondamentalement le système monétaire établi, à travers sa technologie impossible à cerner, pour donner de la valeur.

De grandes entreprises comme Amazon, PayPal et Microsoft ont déjà accepté Bitcoin comme un mode de transactions financières, et de plus en plus d'entreprises sont prêtes à emboîter le pas. Selon une étude menée par le Cambridge Centre for Alternative Finance, 40% des banques centrales prévoient d'utiliser la technologie blockchain au cours de la prochaine décennie et ont déjà commencé à rechercher leur propre monnaie numérique. Alors que, d'une part, des pays comme les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite ont annoncé des partenariats pour émettre une crypto-monnaie pour le commerce transfrontalier, d'autres sont encore très sceptiques. Donc, en ce qui concerne la banque centrale et Bitcoin, ont-ils des préoccupations?

 Banque centrale et Bitcoin 2 "width =" 358 "height =" 191 "/> </p>
<!-- WP QUADS Content Ad Plugin v. 1.6.1 -->
<div class=

Dilemme des banques centrales

La Réserve fédérale américaine est préoccupée par la protection de la vie privée et les problèmes techniques liés à la technologie et affirme que cette devise en est encore à ses débuts. Mais la Fed a publié des déclarations disant que la formulation de politiques pour la réglementation Bitcoin mérite d'être considérée, en raison de la hausse attendue de leur circulation dans un avenir proche.

La Chine a interdit le commerce d'échange de Bitcoin. Cependant, le pays n'est pas inconscient du fait que la technologie sera grande à l'avenir et que les gens l'adopteront de plus en plus. Ainsi, pour éviter leur perte de contrôle sur la masse monétaire, la PBOC fait des essais pour développer son propre prototype de monnaie numérique. Cela pourrait en faire la première grande banque centrale à émettre de l'argent numérique.

La Banque centrale européenne et Bitcoin ont eu une relation tumultueuse car la banque centrale a, à maintes reprises, mis en garde contre la volatilité de Bitcoin. Il a exprimé des inquiétudes concernant les risques d'évasion fiscale et d'autres crimes associés liés à Bitcoin. En novembre 2017, le président Mario Draghi avait déclaré que la monnaie numérique était encore limitée dans la zone euro et ne constituait pas encore une menace pour le monopole de la BCE sur l'argent.

La Banque d'Angleterre a été très positive à propos de la technologie blockchain. Mark Carney, le gouverneur de la BoE, a fait preuve d'une grande confiance dans la technologie et estime qu'elle pourrait aider les banques centrales à atténuer les risques de cyberattaques. Cependant, la banque ne prévoit toujours pas de créer sa propre monnaie numérique de sitôt.

De même, la BOJ a également déclaré ne pas avoir l'intention d'émettre une monnaie numérique. Le gouverneur Kuroda a toutefois insisté sur l'importance de mieux connaître le système.

Des pays comme le Brésil et le Canada ont également montré de l'intérêt pour la technologie du grand livre distribué. BOC a exploré le système et prévoit d'émettre sa propre monnaie numérique pour les transactions de détail.

D'un autre côté, certains pays ont recommandé aux citoyens de faire preuve d'une grande prudence lorsqu'ils négocient du bitcoin. La Russie est totalement opposée à cette idée et sa banque centrale prévoit de bloquer les sites Web qui permettent l'accès aux échanges Bitcoin.

De même, la France, l'Inde et Singapour ont également exhorté les citoyens à se méfier et à commercer de manière responsable.

La plupart des banques centrales à travers le monde hésitent toujours à adopter Bitcoin comme monnaie légale. C'est leur travail, après tout, de protéger leurs citoyens contre toute menace financière. Mais, au fur et à mesure que les cryptomonnaies se transforment sur les principaux marchés financiers, sous forme de contrats à terme, d'ETF ou de hedge funds, les banques centrales seraient contraintes de réglementer le secteur.

(Visité 10 fois, 10 visites aujourd'hui)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *