Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais face aux juges d’instruction pour la deuxième fois

Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais face aux juges d’instruction pour la deuxième fois


Depuis sa mise en examen en avril, Nordahl Lelandais se tait et nie les faits. Extrait de sa cellule de la prison de Saint-Quentin Fallavier (Isère) ce mercredi 14 février, le suspect de l'affaire Maëlys est convoquée, pour la deuxième fois, par les juges d'instruction.

L'homme de 34 ans et entendu sur l'enlèvement et le meurtre de la petite Maëlys de Araujo à Pont-de-Beauvoisin le 27 août, pour lequel il est le suspect principal. Un déplacement sur "un lieu de fouille" est prévu, selon le "Dauphiné Libéré" .

"Débloquer" le suspect

Nordahl Lelandais a été emmené, vers 7h45, au palais de justice de Grenoble, où il est entendu par les juges d'instruction. Lors du premier interrogatoire, intervenu le 30 novembre 2017, l'ex-militaire a été mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys.
"La journée s'annonce cruciale", témoigne une source proche du dossier, au "Dauphiné Libéré" .

Pour débloquer la parole et obtenir des indications sur la partie du suspect, un transport sur "un lieu de fouille" serait envisagé dans la journée. Malgré les nombreuses recherches, aucune trace de l'enfant n'a été retrouvée.

Pont-de-Beauvoisin en Isère est recouvert par la neige, au même titre que Montmélian en Savoie. C'est sur les hauteurs de Montmélian que es enquêteurs ont trouvé, à la mi-janvier, les ossements du caporal Arthur Noyer. Nordahl Lelandais est également mis en examen pour l'assassinat de ce dernier.

Pas de remise en liberté

Lelandais écroué depuis septembre, a été rejeté vendredi 9 février, par la cour d'appel de Grenoble. ]

"Ordonnance de ce jour, la chambre d'instruction de la cour d'appel de Grenoble à l'encontre de l'ordonnance du juge des libertés et de la détention (JLD) refusant la mise en liberté de Nordahl Lelandais ", avait écrit la cour dans un communiqué.

L'avocat des parents de Maëlys, Fabien Rajon, «opposé» à sa remise en liberté, «comme le parquet général», en insistant sur les images de vidéosurveillance, au cœur de l'accusation . L'un des clichés montre une forme humaine au côté de Nordahl Lelandais dans sa voiture, le soir de la disparition. La mère de l'enfant, Jennifer Cleyet-Marrel, avait identifié formellement sa fille Maëlys, vêtue d'une robe blanche.

B.A.

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *