Should-Read: Heather Boushey: Gaps in the Market

Should-Read: Heather Boushey: Gaps in the Market



Affichage de la publication:
1

Devrait-Lire : Notre chef intrépide Heather Boushey a un morceau dans la Nouvelle République sur pourquoi il y a tellement moins d'économistes féminines en Amérique qu'on pourrait s'y attendre. Ce qui me frappe le plus, c'est de suivre le lien de Heather avec Bayer et Rouse : «les politiques sexospécifiques pour stopper l'ancienneté des nouveaux parents réduisent considérablement les taux d'occupation des femmes tout en augmentant substantiellement les taux d'occupation des hommes … qui a un enfant et arrête l'horloge de tenure pour un an a beaucoup de nuits blanches et a une année supplémentaire pour polir les soumissions de journal. Une femme a ceux-ci, et a aussi neuf mois à grandir un être humain en elle et trois ans à manger pour deux. Les deux expériences ne sont tout simplement pas analogues. Les traiter comme s'ils étaient une discrimination anti-féminine – en fait, sinon intentionnellement: Heather Boushey : Les lacunes du marché : "il ne s'agit pas de les maths. Les femmes représentent plus de 40% des majeures en mathématiques de premier cycle …

  … Lors de la conférence annuelle sur l'économie de cette année, un certain nombre d'universitaires ont présenté des articles sur les raisons pour lesquelles il y a si peu de femmes en économie et sur ce que nous pouvons faire pour y remédier. Un récent document de travail de Anusha Chari de l'Université de Caroline du Nord et Paul Goldsmith-Pinkham de la Réserve fédérale de New York a même constaté que la proportion de femmes participant à une prestigieuse conférence annuelle sur l'économie ne s'est pas améliorée depuis plus de 15 ans. Mais la profession a été lente à fournir de vraies corrections. Une raison à cela peut être que les économistes sont prédisposés à croire que la discrimination est absurde. La théorie économique standard nous dit que les entreprises – et les gens – qui favorisent un groupe plutôt qu'un autre indépendamment de leur productivité seront chassées par la concurrence du marché …

Parce que le processus est tellement axé sur le marché, la question que les économistes doivent se poser est de savoir si les préjugés sexistes et raciaux dans la profession indiquent quelque chose de plus troublant à propos de l'économie elle-même … Si le marché des économistes n'est pas efficace, qu'est-ce que le marché? Amanda Bayer et Cecilia Elena Rouse ont abordé cette question dans leur article publié en 2016 dans le Journal of Economic Perspectives. Ils affirment que «la discipline des sciences sociales de l'économie sera renforcée si elle est construite sur un segment plus large de la population», et décrit les mesures que la profession pourrait prendre pour résoudre le problème. Certains d'entre eux sont simples, comme changer la façon dont nous enseignons l'économie de premier cycle, et certains nécessiteront plus de travail, tels que fournir un meilleur soutien en début de carrière et éliminer les préjugés implicites dans la profession …. Pour toute profession – et en particulier pour une discipline académique qui se décrit elle-même comme scientifique – rejeter ses propres conclusions fondamentales est au mieux stupide, profondément hypocrite au pire. C'est la profession qui a établi le fait que la discrimination sur le marché du travail contribue à une baisse de la productivité, à une croissance économique plus faible et à une croissance plus faible des salaires. De toutes les personnes, les économistes ne peuvent pas manquer de traiter la discrimination dans nos propres rangs …

Source lien




Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *