VIDEO. De nouveaux télescopes en quête d’une autre Terre

VIDEO. De nouveaux télescopes en quête d’une autre Terre


Des milliers d'exoplanètes découvertes depuis une vingtaine d'années. On connaît certaines de leurs propriétés. On peut leur masse, leur taille, sur qui sont des rocheuses comme Terre, Vénus, Mars ou Mercure, ou gazeuses comme Jupiter, Saturne, Neptune ou Uranus.

On doit être en "zone habitable", là où les rayons de leur soleil sont juste ce qu'il faut de chaleur pour qu'il y ait une possibilité d'avoir de l'eau à l'état liquide , une condition nécessaire (mais pas suffisante) pour l'apparition de la vie telle que nous la connaissons.

On ne peut pas détecter les atmosphères similaires à la nôtre, à savoir s'il ya Oxygène ou même de la vie.

Découvrir une Terre 2.0?

C'est là que toute la nouvelle génération de télescopes va être capitale, en nous apportant davantage d'informations sur les exoplanètes. Le premier à décoller sera TESS, le successeur de Kepler, le 20 mars. On s'attend à ce que 2 ans et il découvre 2.000 nouvelles exoplanètes dont 300 de moins de deux fois la taille de la Terre.

Le télescope spatial James Webb (JWST), prévu pour le printemps 2019, aura les moyens de détecter la composition de l'atmosphère des plans qu'il observe. Il saura s'il y a un gaz carbonique, du méthane, de l'eau, de l'oxygène …

Les télescopes spatiaux ne seront pas les seuls à mener cette recherche. De nouveaux instruments basés au sol, comme le télescope extrêmement grand (ELT) de l'observatoire européen austral (ESO) qui est capable d'observer directement les exoplanètes et leurs atmosphères. Sa construction a débuté en mai 2017 au Chili et il devrait être mis en service en 2024.

Jean-Paul Fritz

 Jean-Paul Fritz "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *