Balance ton porc : “La justice d’opinion cloue des hommes au pilori”

Balance ton porc : “La justice d’opinion cloue des hommes au pilori”


A l'occasion de la libération de la parole des femmes, des plaintes anciennes commencent à résurgir. N'est-ce pas défendable?

Nul ne peut contester qu'il existe un problème insupportable de comportement de certains hommes vis-à-vis des femmes. Mais, aujourd'hui, contrairement à ce qui est parfois dit, le viol est rendu par la justice. Il suffit d'aller devant les cours d'assises, où ces affaires représentent un tiers des procès qui se tiennent. En revanche, le harcèlement est un délit plus difficile à établir, et donc à réprimer. C'est pourtant une atteinte à la dignité de la femme. Cette cause provoque l'émergence d'une justice d'opinion, qui ne se contrôle pas, n'obéit à aucune règle et cloue aux hommes au pilori.

De grands mouvements de société contre la justice établie. Contre le viol. Pour l'avortement. Quelle est la limite?

Le combat mené par les femmes et par Gisèle Halimi dans les années 1970 au procès-verbal de Bobigny a évolué de la loi sur l'avortement, et celui du procès d'Aix, à la loi de 1980 pour définir plus clairement la notion de viol. Mais ces campagnes s'appuyaient sur des débats ayant lieu devant la justice, dans le cadre qui doit être le leur. Aujourd'hui, on se fonde sur les faits incertains un dossier judiciaire clos et une plaignante de l'époque qui ne souhaitait pas médiatiser son action. D'ailleurs, je ne suis pas ce que sont les féministes qui annoncent cette affaire, mais des journalistes .

Affaires Hulot, Darmanin, Mennel … Faut-il tout balancer?

Comment équilibrer la libération de la liberté et la présomption d'innocence?

La mise en cause médiatique d'une personnalité est quelque chose de grave. Les faits sont révélés, il appartient à la justice de s'en saisir avec la rigueur et les garanties de la loi. Mais, dans le cas contraire, seul face à l'opinion, avec une justice qui a classé le dossier, nous avons un homme présumé innocent qui ne sera jamais contradictoirement jugé, mais sur lequel pèsera à jamais la marque d'un soupçon insupportable. L'éthique du journaliste est aujourd'hui primordiale. Celui-ci doit savoir qu'il tient une arme entre les mains.

Balance ton porc: "La presse n'instruit pas comme juge d'instruction"

Commenter la défense doit-elle s'exercer?

Cela appartient à l'avocat de Nicolas Hulot. Mais cela est très difficile. Quant à lui, quoi qu'il dise, une partie de l'opinion ricanera.

Propos recueillis par Mathieu Delahousse

 Mathieu Delahousse "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *