John Quiggin » Tweet trouble

John Quiggin » Tweet trouble


Selon Chris Mitchell au Oz (paywalled, je pense) je suis le cerveau (ou au moins un cerveau) derrière la version originale de l'analyse maintenant réécrite d'Emma Alberici des réductions d'impôts des entreprises . Voici Mitchell

Dans le cas d'Alberici, beaucoup de poids ont été accordés à l'universitaire de gauche John Quiggin et à l'économiste Saul Eslake, un commentateur éminent dont la position sur la question centrale est la suivante: les réductions d'impôt sur les sociétés finissent-elles par augmenter les salaires? – semble avoir changé au fil des ans.

C'est bien d'avoir de l'influence, mais il y a juste un problème. Dans l'article original d'Alberici ( ici ), je ne reçois aucune mention.

Mais Alberici présente peut-être mes idées de seconde main. Malheureusement, les arguments que j'ai avancés sur le sujet ne sont pas non plus courus. Voici le résumé de ma pièce dans Crikey (payant aussi, je le crains)

Les modèles fiscaux optimistes placent l'Australien moyen à 0,1% de mieux en vertu des réductions d'impôts proposées par les entreprises. Et la bonne nouvelle est qu'ils n'auront qu'à attendre 25 ans avant que ce petit avantage n'apparaisse!

Alberici ne le mentionne pas.

Alors, comment ai-je été facturé? Le méchant, comme d'habitude, est un média social. Utilisateur de Twitter (tweep?) Matt K m'a demandé s'il y avait des erreurs dans la pièce Alberici et j'ai dit non. En dehors de quelques réponses à d'autres questions, c'était toute ma contribution, comme vous pouvez le voir dans le fil de la conversation . Mais, comme on dit aujourd'hui, il est devenu viral, du moins dans la mesure où un commentaire sur la politique fiscale peut devenir viral.

Avant que je le sache, j'étais attaqué de toutes les directions. Helen Razer a dit que j'étais un "gauchiste" bidon, alors qu'Aaron Patrick au Fin m'a frappé de la droite parce que j'ai mentionné Marx et Engels dans l'ébauche d'introduction à mon livre. Pour être juste, Razer a écrit pour expliquer sa position. En revanche, toute la technique de Patrick est verballing et hors-contexte gotchas 'donc je ne m'attends pas à ce que cela change.

Je reçois une mention de passage dans la colonne révisée mais comme mon nom est mal orthographié, je pense qu'il est raisonnable de supposer que je ne suis pas une source primaire. Évidemment, Mitchell ne s'est pas contenté de lire l'original (peut-être que les compétences de recherche de Newscorp ne sont pas à la hauteur) et a supposé que j'étais cité là.

Pendant que je suis sur le sujet, Mitchell a eu un morceau étonnant il y a quelque temps (Paul Kelly et Mark Latham ne l'ont pas déjà fait), à propos de la fin de la liberté d'expression en Australie. Le fardeau de tout cela, c'est que des Australiens ordinaires et décents, comme Mitchell et Andrew Bolt, limités aux grands journaux nationaux et aux médias audiovisuels, ne peuvent pas dire ce qu'ils pensent des musulmans, des gauchistes, etc. ils pensent à Mitchell et à Bolt. Comme le dit Tim Dunlop dans un contexte similaire, il y a moins d'auto-réflexion et ils seraient des vampires.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *