Manufacturing Jobs Are Overrated | Mises Wire

Manufacturing Jobs Are Overrated | Mises Wire


L'une des raisons pour lesquelles Donald Trump donne pour avoir imposé de nouveaux tarifs protectionnistes sur l'acier et l'aluminium, c'est qu'il créera des emplois manufacturiers et, par extension, améliorera grandement la croissance des revenus et le niveau de vie aux États-Unis.

Trump capitalise sur un mythe durable de l'histoire économique américaine dans lequel on croit que les baisses dans les emplois manufacturiers s'accompagnent aussi de baisses du niveau de vie.

Ce que l'on oublie souvent, c'est que les emplois manufacturiers, proportionnellement à l'ensemble de la population, ont considérablement diminué depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'aux années 1950 et 1960. Et pourtant, pendant ce temps, les revenus médians réels aux États-Unis ont augmenté.

 manuf_jobs.png

Les revenus ont quelque peu stagné au cours des années 1970, avant de croître de nouveau considérablement au cours des années 1980 et 1990. Et, bien sûr, au cours des années 1980 et 1990, les emplois manufacturiers ont poursuivi leur baisse rapide.

En d'autres termes, il n'est pas du tout clair que la chute des emplois manufacturiers entraîne une baisse des revenus ou une baisse du niveau de vie.

RELATED: La croissance de l'emploi ne signifie pas que nous devenons plus riches par Ryan McMaken

Maintenant, en soulignant certaines corrélations – ou l'absence de corrélations – dans les données ne prouve pas que les emplois manufacturiers n'ont aucun lien avec les revenus et la richesse. Pour comprendre cela, nous avons besoin d'une bonne théorie économique. Et, sur ce point, l'économie saine est claire. Des impôts plus élevés – c'est-à-dire des droits de douane – ne sont pas la voie de la croissance économique. Mais, quand cela est souligné, les partisans de tarifs plus élevés disent "mais l'histoire prouve que les tarifs sont super pour l'Amérique!" Eh bien, l'histoire "ne prouve" rien de tel.

Emplois ou Sorties?

Lorsque nous parlons d'emplois dans le secteur manufacturier, il est important de noter que nous ne parlons pas nécessairement de production .

Il est tout à fait possible que la production manufacturière augmente même si les emplois manufacturiers diminuent.

Cela devrait évidemment être évident pour quiconque connaît l'histoire de l'agriculture aux États-Unis. Au 18ème siècle, presque tous les Américains étaient impliqués dans la production de produits agricoles. En 2008, seulement deux pour cent des Américains travaillaient dans le secteur de l'agriculture, même si la production agricole américaine est maintenant beaucoup plus grande que celle du XIXe siècle ou même au milieu du XXe siècle.

De même, si nous regardons la production manufacturière et industrielle, les entreprises aux États-Unis produisent beaucoup plus aujourd'hui qu'au milieu du 20e siècle, ce qui était censé être la bonne époque des emplois manufacturiers.

 industriel.png

Bien que les emplois manufacturiers par habitant aient décliné à maintes reprises à la fin des années 1960, dans les années 1970, 1980 et 1990, nous observons une augmentation de la production manufacturière et de la production industrielle.

En effet, la croissance continue de fabrication et la production industrielle – avec la production «industrielle» y compris l'exploitation minière et la production d'énergie – montre que le vieux a vu que «nous ne faisons pas les choses en Amérique "est simplement une fausse déclaration.

Aux États-Unis, les entreprises fabriquent et fabriquent des objets de meilleure qualité que par le passé. Ce qui est différent, c'est que de moins en moins d'êtres humains sont nécessaires pour faire ces choses.

Grâce à l'automatisation et à d'autres améliorations de la productivité, il faut maintenant moins de personnes pour fabriquer plus de choses.

Toutes choses étant égales par ailleurs, plus de production par personne signifie plus de productivité et des biens moins chers. Ceci, à son tour conduit à l'augmentation des revenus réels.

RELATIVEMENT: Espérons que les machines prendront nos emplois: nous voulons de la richesse, pas des emplois par Peter St. Onge

Maintenant, comme je l'ai noté par le passé, nous commençons à rencontrer des problèmes avec les revenus réels aux États-Unis après 2001. Même si nous examinons trois mesures différentes du revenu médian, nous voyons que les revenus médians ont stagné depuis 2001 à 2015. Ce n'est qu'au cours des deux ou trois dernières années que nous avons enfin commencé à voir les revenus médians dépasser leur niveau atteint en 2007, avant la dernière crise financière. Il a fallu plus de huit ans pour que les revenus se redressent après le dernier boom.

Cependant, il serait suprêmement simpliste de considérer ce malaise des revenus depuis 2001, puis de déclarer que la réponse doit être d'augmenter l'emploi manufacturier.

Les choses deviennent particulièrement dangereuses une fois que les décideurs commencent à se tourner vers les interventions gouvernementales pour augmenter l'emploi manufacturier afin de «rendre l'Amérique encore plus belle». Mais c'est ce à quoi l'administration Trump doit faire face. Le Trump a légalement justifié son augmentation de tarif sur la sécurité nationale parce que c'est ainsi qu'il peut s'en tirer en imposant de nouvelles taxes via un ordre exécutif.

Cependant, l'administration s'appuie sur des idées fausses publiques sur l'histoire des emplois manufacturiers et des revenus afin d'obtenir un soutien politique plus important pour le déménagement.

En pratique, cependant, la prémisse centrale de la stratégie tarifaire de Trump se traduit par une augmentation du coût de faire des affaires aux États-Unis, tout en augmentant le coût de la vie. En augmentant les tarifs sur l'acier et l'aluminium, l'administration crée de nouveaux obstacles pour la plupart des entreprises cherchant à augmenter la production industrielle et manufacturière. Cela est vrai car seule une infime partie des entreprises et des travailleurs bénéficient réellement des tarifs. La très grande majorité des travailleurs travaillent dans des industries qui tirent parti de l'acier et de l'aluminium à moindre prix.

Grâce aux communiqués de presse de la Maison Blanche et de ses amis, nous entendrons sans doute parler de la poignée d'entreprises qui bénéficient des tarifs. Mais nous ne pouvons rien entendre des entreprises qui réduisent l'emploi ou la production en raison des coûts plus élevés.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *