Quand Fillon achetait directement sa photo de campagne au “Figaro”

Quand Fillon achetait directement sa photo de campagne au “Figaro”


Le 19 mars 2017 dans l'après-midi, le "Figaro" sort un scoop sur son site internet : François Fillon change de slogan de campagne présidentielle. Empêtrée dans le PenelopeGate, la nouvelle équipe du candidat a décidé de jeter à la corbeille son mantra précédent, "Le courage de la vérité", trop moqué depuis les révélations du "Canard enchaîné". A la place, ce sera "Une volonté pour la France".

"La photo qui a été choisie pour les affiches de la campagne pendentif la primaire va aussi être changée", annonce "le Figaro", qui ajoute que "le choix du nouveau visuel a été choisi au QG" . François Fillon a choisi … pour une photo réalisée par un photographe du "Figaro".

"Autorité" et "sérénité"

Une grande interview de contre-attaque . "Le dégagement de l'autorité et de la sérénité", glissera plus tard son entourage . Selon nos informations, c'est l'équipe Fillon qui a contacté par mail "le Figaro", qui dispose d'une structure de revente de ses contenus.

La procédure à suivre de manière très classique: le 20 mars, un devis pour acheter la photo, retrouvé par "l'Obs" dans les comptes de campagne de François Fillon , est envoyé à l'équipe du candidat. Deux jours plus tard, le nouveau directeur de campagne de François Fillon, Vincent Chriqui, donne son accord final pour la nouvelle affiche, <a href = "

"target =" _ blank "rel =" noopener noreferrer "> dévoilée en grande pompe le 28 mars .

La Une du "Figaro" du 18 février 2017, et l'affiche de campagne de François Fillon.

Outrages et détournements

Le 30 mars, une facture de 20.400 euros TTC (également consultée par "l'Obs"), correspondant à une "cession de droits France & Monde, impression et numérique, tout support, tout format, tout tirage ", est attendu par l'agence Figarophoto, propriété du quotidien. 21.900 euros cette fois, sans doute en raison du coût des retouches apporté à l'image brute vendue par nos confrères.

Facture du 30 mars 2017 (L'Observatoire des Comptes rendus disponibles à la CNCCFP)

Pendentif un mois, le portrait va fleurir dans tout l'hexagone et subir bien des outrages et des détournements entre "Rends l'argent" et autres "Un vol pour la France" . François Fillon: si promptement que son camp à dénoncer les aides publiques à la presse écrite il lui a été donné de lui même main à la poche.

L.B. et T.V.

 Lucas Burel et Timothée Vilars "class =" img-profil "/> </figure>
<div>
<p class= Lucas Burel et Timothée Vilars



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *