Vers un groupe radical à l’Assemblée nationale… dans la majorité ou l’opposition ?

Vers un groupe radical à l’Assemblée nationale… dans la majorité ou l’opposition ?


C'est leur "rêve" depuis la réunification des deux partis radicaux, celui de gauche et celui de valoisien , en décembre dernier. S'ils sont un groupe parlementaire au pays, les radicaux n'en ont pas à l'Assemblée nationale. Une anomalie à leurs yeux, qui peut être réparée.

Sous l'égide du député Bertrand Pancher, des radicaux mais aussi des centristes et des écologistes travaillant à bord du passage nécessaire Nécessaire de quinze députés pour pouvoir constituer un groupe en bonne et due forme.

Philippe Vigier, Charles de Courson, Thierry Benoit, Yannick Favennec. Sylvia Pinel, avec Jeanine Dubié, M'Jid El Guerrab et Olivier Falorni.

Des députés guadeloupéens et corses sont en pourparlers, tout comme les membres du groupe majoritaire de la République en Marche, tel Philippe Huppé. François-Michel Lambert et Matthieu Orphelin ont aussi été approchés. De même, l'ancien candidat à l'élection présidentielle, Jean Lassalle, s'est montré intéressé

Pour l'heure, tous n'ont pas encore donné leur accord. A l'aune du décompte définitif, la décision SERA prix après les vacances de Pâques. Le cas échéant, il faut alors décider si ce groupe est dans la majorité ou l'opposition. Si la plupart d'entre eux ont voté la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe, ils sont nombreux à s'opposer à projet de loi asile et immigration .

 Julien Martin "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *