Vélib’ inutilisables : la mairie de Paris demande un “plan d’urgence”

Vélib’ inutilisables : la mairie de Paris demande un “plan d’urgence”


La mairie de Paris a demandé ce jeudi 26 avril un "plan d'urgence" et le remplacement d'une semaine Smovengo, chargé du déploiement du nouveau Vélib.

Christophe Najdovski, adjoint EELV aux Transports de la Maire de Paris Anne Hidalgo, au lendemain d'une rencontre entre les élus et les élus 'opérateur. Les difficultés by the consortium to raccorder to the network electrical device free service batteries, at-il expliqué. Ou l'utilisation de batteries "n'est pas fonctionnelle", et un mouvement de grève "entraînant l'absence de maintenance", aggravant la situation.

Vélos indécrochables, stations inopérantes … le nouveau Vélib 'exaspère les Parisiens

La mairie de Paris a demandé à un consortium "un plan en trois points", avec un "urgence d'ici le 3 mai" pour la remplacer quelque 3.000 vélos dont les batteries sont déchargées et qui "bloquent le système". Un "point" doit être fait le 3 mai dans le bureau du maire, avec l'opérateur et le Syndicat.

La Ville a ensuite demandé "l'électrification accélérée" d'ici début juin des stations qui fonctionnaient sur batteries. Il ya ensuite salle de bains pour Smovengo de poursuivre le reste du déploiement sans recours à la batterie de solutions.

"Le fiasco continue"

Le dispositif Vélib 'fait l'objet de multiples critiques depuis le début de son déploiement raté, en raison de multiples dysfonctionnements.

S'abonner à la publication de la dernière version d'une partie du personnel qui réclame les mêmes avantages que chez l'ancien opérateur JCDecaux. La grève a été reconduite jeudi.

"C'est un gigantesque cafouillage", une réponse à l'opposition municipale dont les groupes PPCI (pro-Macron ex-LR) et LR ont envisagé des "dénonciations de contrat". Les pénalités financières, de quatre millions à ce jour, le surcoût du déploiement et de la perte de recettes "interrogent la capacité financière de Smovengo à tenir le choc", a ajouté un communiqué.

La France insoumise, pour qui "le fiasco continue", un estimé qu'il fallait "arrêter les frais et remunicipaliser" le dispositif, selon Danielle Simonnet.

A.R. (avec AFP)

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *