Parcoursup : une “deuxième chance” pour les lycéens handicapés

Parcoursup : une “deuxième chance” pour les lycéens handicapés


Dans quelques jours, à partir de 22 mai prochain, 800.000 lycéens de terminale vont commencer à recevoir les premières réponses à leurs candidatures dans les multiples filières de l'enseignement supérieur. Un des parcours d'un handicap qui rend leur scolarité plus compliquée et difficile, quand il ne s'agit pas, pour eux, d'un véritable parcours du combattant.

Ils sont forcément un peu inquiets. Et la mise en place du nouveau dispositif étrenné cette année, Parcoursup, n'est pas sûr de ne pas pour les rassurer. More than, seconds weeks, the minister of the Enseignement of the Disability of the Disabilities of Disclosure the Commission of Disabilities, in the Raisin of the Rectorats , bien sûr, à la sélection opérée dans certaines formations.

Un dispositif ad hoc

La disparition de ces commissions a directement alerté les associations qui soutiennent et représentent les personnes handicapées. Celles-ci sont aujourd'hui – un peu – soulagées grâce à l'annonce d'un nouveau dispositif en faveur de ces bacheliers, avec notamment un décret pour faciliter leur admission dans l'enseignement supérieur. Bénédicte Kail, conseillère nationale de l'Association des Paralysés de France (APF) sur les questions d'éducation, explique:
"Un moment, nous avons eu le sentiment d'avoir été un peu oublié, mais ces dispositions qui garantissent un droit de réexamen du dossier nous rassurent."

«Ces commissions existaient en réalité que dans les académies. accueil des lycéens en situation de handicap sur l'ensemble du territoire., explique, quant à lui, Jérôme Teillard chargé de mission sur la réforme du Plan au ministère de l'Enseignement supérieur.

La CNIL avait exigé la disparition de cette année de l'ancien dispositif APB, aussi le ministère a avancer à l'avance pour mettre en place les nouvelles procédures d'admission dans l'enseignement supérieur. Les bacheliers en situation de handicap, peuvent donc être utilisés dans des équipes dédiées dans leur rectorat. Celles-ci sont en charge de l'accompagner et de l'aider à anticiper les difficultés qui soient poseur pour leurs futures études. "Le calendrier était très serré, reconnaît Jérôme Teillard, qui admet aussi qu'il reste beaucoup à faire pour améliorer l'accueil et l'accompagnement.

«Aujourd'hui, l'école est intégrée dans une grande mesure de la question du handicap et de la situation dans un contexte radicalement changé. c'est vrai, font encore peu de choses. "

Publié le 14 avril dernier, un décret stipulant que les jeunes ne reçoivent aucune proposition d'inscription conforme à leurs souhaits et à leurs possibilités, bénéficieront du réexamen de leur dossier. Une disposition qui s'applique aux bacheliers atteints d'un handicap connu, mais aussi aux sportifs de haut niveau, à ceux qui sont chargés de famille ou qui sont connus dans le domaine de la santé au cours de l'année écoulée. "Encore faut-il que les lycéens et leurs familles reçoivent bien cette information.", Souligne Bénédicte Kail.

Une réforme défavorable?

Et la réforme qui instaure une forme de sélection à l'entrée de toutes les formations pourrait se révéler défavorable pour ces jeunes pas comme les autres. Parmi les 25.000 personnes handicapées dans l'enseignement supérieur, plus de 90% sont à l'université, pour l'essentiel dans les filières non sélectives.

Briller dans le jeu de la compétition scolaire est plus compliqué est malvoyant, en chaise roulante ou autiste par exemple. Comment les commissions d'étude des dossiers dans les universités prennent-elles en compte leurs particularités? Débordées et jugées, malgré un coup de pouce budgétaire, de moyens plus modestes, elles sont en place dans les procédures standardisées qui sont définies de leur être défavorable.

Ceci, alors que 7% seulement des jeunes en situation de handicap actuellement dans l'enseignement supérieur, contre 17% d'une classe d'âge; que et Résultat 5. 5. 5. 5. + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum minimum En l'occurrence, les préjugés ne sont pas seuls en cause. "Des handicapés qualifiés … il y a un très peu", constate Christian Grapin directeur de l'association Tremplin, qui regroupe 200 grandes entreprises comme Total, Elf ou IBM. Vous avez dit dommage?

Véronique Radier

 Véronique Radier "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *