Pollution de l’air : face à l’urgence sanitaire, Bruxelles envoie la France au piquet

Pollution de l’air : face à l’urgence sanitaire, Bruxelles envoie la France au piquet


Après les années d'avertissements et d'ultimatums, Bruxelles tape du poing sur la table. La Commission européenne a fini par annoncer sa décision de renvoyer la France devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour le non-respect des normes de qualité de l'air, rapport "le Monde" ce jeudi 17 mai. En fait le NO2, ce gaz très toxique connu du grand public depuis le scandale du "dieselgate".

Si "la France a fait des efforts, la situation reste très préoccupante dans douze zones soumises à des niveaux de dioxyde d'azote (NO2) très élevés", confient des sources proches de la Commission au quotidien.

Car the emergency health of the health: OMS, publié début mai publié sept millions de personnes meurent chaque année à cause de l 'exposition aux particules fines dans l'air pollué.

"Ces particules pénètrent profondément dans les poumons et dans le système cardiovasculaire, ce qui cause des affections comme les accidents vasculaires cérébraux, les cardiopathies, les cancers du poumon, les bronchopneumopathies chroniques obstructives et les infections respiratoires, notamment la pneumonie", rappelait l'OMS.

Plus de 500.000 personnes meurent par un rien en Europe, dont 48.000 en France.

Parmi les neufs États qui font l'objet d'une procédure d'infraction: l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie, la Hongrie, la Roumanie, ajoute «le Monde». L'Espagne, la République slovaque et la République tchèque restent quant à elles sous surveillance.

La Commission reproche à ses mauvais élèves des dépassements de valeurs limites (40 μg / m3 en moyenne annuelle) d'émissions de particules fines PM10 et de dioxyde d'azote (NO2). En France, 14 zones dépassent de façon répétée les limites des revues en PM10 (50 μg / m³): Ile-de-France, Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Valence, vallée de l'Arve, Strasbourg , Reims, Montpellier, Toulouse et la Martinique.

Bruxelles met en demeure la France de se conformer aux règles européennes, plus de dix ans, pour protéger la santé des citoyens, menaçant de porter l'affaire devant la Cour de justice de l'UE. C'est donc choisi faite. Les textes prévoient une sanction d'au moins 11 millions d'euros et d'astreintes journaliers d'au moins 240.000 euros jusqu'à ce que les normes de qualité de l'air soient respectées, précisent le monde, même si la procédure peut durer des années. Nicolas Hulot a présenté les "feuilles de route" des 14 zones concernées par les dépassements des normes, " se contentant souvent d'installer les dispositifs déjà existants", jugent nos confères du " Monde ". Trop tard, trop timide? Le gouvernement peut encore redresser la barre, mais la Commission européenne ne lui laisse plus le choix.

L.T.

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *