A Matignon, stress au travail et renvois à la pelle des petites mains d’Edouard Philippe

A Matignon, stress au travail et renvois à la pelle des petites mains d’Edouard Philippe


A Matignon, des employés interchangeables? Entre réaffectations soudaines et stress au sein du cabinet, les départs ne sont pas rares. Une année, quatre conseillers ont quitté Matignon. Quatorze secrétaires ont été réaffecté (e) s. Huit autres ont quitté l'équipe, ou ont été envoyé (e) s dans l'un des secrétariats d'Etat qui dépendent du Premier ministre, parfois du jour au lendemain.

Au sein du secrétariat particulier d'Edouard Philippe, quatre personnes travaillent en horaires décalés. Trois ont été écartées, trois autres ont claqué la porte. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Les conditions de travail d'une intensité et d'une grande nature âpreté.

En témoignent aussi les confessions faites à BFMTV de Marie * employé actuellement en poste à Matignon. "On n'est jamais sûr de garder son poste." On ne sait pas si on finira la semaine. "

Travail de nuit

Marie supportée difficilement cette peur constante d'être mise à la porte, véritable et épée de Damoclès: "Quand un conseiller dit à une personne qu'elle peut sauter à tout moment, il faut qu'elle suive encore là le mois prochain, la semaine prochaine, comme ça en face-à-face, je pense que c'est quelque chose qui n'est pas facile à encaisser. " Au-delà des hautes exigences qu'implique sa fonction, Paul *, collègue de Marie lui aussi dépassé par les conditions de travail, regrette de travailler "beaucoup plus sans compensation, c'est anormal. "

Travailler "beaucoup plus"? Dans les bureaux de la rue de Varenne, quand une des secrétaires sont en congé, l'autre travaille de 8h30 à 20h, "ce qui est tout fait à fait illégal et anormal", dénonce Paul. Ces secrétaires, qui assistent les conseillers dans leur "travail intensif" sortent du bureau à "3 heures, 4 heures du matin". Le lendemain, rebelote.

Une ambiance pesante

Un jour, le directeur de cabinet d'Edouard Philippe, Benoît Ribadeau-Dumas a vu une de ses secrétaires arriver au bureau à 7h30. A venue arrivée, aussitôt repartie. A 9 heures, ses cartons étaient faits.

Marie assiste, désolée, à son tour caractéristique de Matignon. Au ministère, les départs ont toujours été nombreux. Mais l'ère Philippe est une première dans la matière. «C'est étonnant qu'un gouvernement arrive et que personne ne fasse l'affaire sachant qu'elles ont 10, 15, 20 ans d'expérience. […] Ce n'était pas malsain comme ambiance. " (A) a is not defined, a singularized the same of the secretarial of cabinet has been changed of the poste of change and changes of the minister (SAPPM), à peine saisi du sujet.

Au gré des changements de conseillers, les petites mains du ministère peuvent être renvoyées, déplacées, recyclées à l'envi. L'ambiance à l'Hôtel de Matignon n'en sort pas indemne. Elle est au stress, à la mauvaise entente entre collègues, et à une dureté qui relève parfois de l'absurde. Le membre du SAPPM fait partie d'une anecdote ironique à "l'Express" : décalés les rendez-vous d'Edouard Philippe, il a été reproché à une assistante d'avoir exécuté les ordres de sa hiérarchie, malgré les instructions. Peu de temps passe avant que l'assistante soit mise à la porte. Le syndicaliste s'interroge: "Comment peut-on être préparé à cette violence?"

La "peur d'être virée à tout moment"

«L'Express», pour comprendre cet état de tension, le cabinet à l'usage d'une société de conseil en entreprise, Reor . Envoyée pour auditoire, sorte d'état des lieux du cabinet, elle synthétise les réponses de 40% des conseillers du premier ministre et de 90% des assistantes.

Résultat: le travail en décalage, la fréquence des interactions avec leur conseiller ou le travail en brigades satisfont les assistantes. Mais beaucoup de "stress" dû à la "peur d'être virée à tout moment" a été reporté. Auquel s'ajoute l'absence totale de «considération de la hiérarchie et de toute marque de confiance, plus une source de satisfaction». Les assistantes se sentent comme des "pions" que sur "manipuler au gré non pas des besoins mais des humeurs de chacun".

Le coach bien-être du cab '

Qu'importe le stress prévoir qu'on ait une coach bien-être. Dans une optique managériale favorable aux employés, une solution trouvée en été: la visite d'une masseuse, Bernadette Arnaud. Des séances "regénérantes dans le but de lâcher-prix, de mieux se centrer, être ancré dans un chemin positif pour libérer les parasites", selon un document consulté par "l'Express".

Le cabinet lui-même, selon BFMTV, demandé de "rester discrète". Il ressort que Bernadette Arnaud a quatre interventions en mars. Une heure de détente à 230 euros la séance pour un groupe de 10 à 12 personnes.

Une situation assumée par Philippe

Interrogé mercredi par BFMTV, Edouard Philippe a réagi au sujet de ces conditions de travail. La réponse est simple: "A Matignon, on travaille beaucoup." Il "y veille" personnellement.

Le Premier ministre justifie le rythme effréné et les changements de main d'œuvre à répétition. "La pression est considérable, notamment parce que les attentes des Français sont considérables.", "Ne reste pas dans cette mesure, compte tenu de l'intensité du travail, arrangeur ou attendre. " À la détresse d'une partie de ses employés, il s'oppose à son "engagement total auprès des Français".

* Les prénoms ont été modifiés

M.K.

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *