“Au coeur du crime” : l’Obs lance sa première série de podcasts

“Au coeur du crime” : l’Obs lance sa première série de podcasts


A "l'Obs", nous aimons les mots. Pour la série "Au cœur du crime", nous avons écrit dans votre magazine et votre site. Mais, nous vous proposons aussi d'entendre ceux qui le disent. Leur voix, leurs silences, leur façon de dire ou de ne pas dire. Le son et l'écrit. L'un et l'autre peuvent s'apprécier séparément. Mais la combinaison des deux approfondit notre compréhension, suscite d'autres émotions. Nous allons vous faire profiter de l'expérience en écoutant tout au long de l'été cette série de musique que nous sommes heureux de vous faire découvrir chaque semaine à partir du 19 juillet.

Dans "Au cœur du crime", nous avons choisi de revenir sur les grandes affaires judiciaires de ces quarante dernières années en donnant la liberté à ceux qui ont été les principaux protagonistes. Avocats, policiers, journalistes, victimes … Ils sont retrouvés, parfois très jeunes, au centre d'énigmes criminelles. Acharnés à faire éclater la vérité ou emportés dans la tourmente – parfois la tragédie – par hasard ou accident, ils ont souvent payé très cher leur courage. Certains racontent pour la première fois – dans ces podcasts ainsi que dans les récits écrits qui accompagnent – ce qui leur est arrivé. Leur témoignage est souvent poignant, toujours éclairant. Les événements que chacun rapporte ici ont marqué leur vie à jamais.

  • Éric Yung est entré dans la police à 21 ans. Il intègre un service d'élite, l'Antigang, intervient lors de prises d'otages sanglantes, surprend des braqueurs en flagrant délit et interpelle les ravisseurs du Baron Empain . Il sera pourtant chassé de la police pour avoir brisé l'omerta lors de l'enquête sur le meurtre de Jean De Broglie.
  • Solange Doumic avocate, participante alors qu'elle est tout juste âgée de 30 ans, au procès-verbal de la mort: celle du tueur en série Guy Georges poursuit pour avoir tué sept jeunes filles. Il nie farouchement. Par ses questions, Solange Doumic parvient à lui arracher des aveux.
  • Laurence Lacour vient de fêter ses 27 ans après la rédaction d'Europe 1 l'envoi en reportage dans les Vosges pour couvrir la mort du petit Grégory . Elle en revient traumatisée, décidée à changer de métier et révélée dans le témoignage qu'elle fait aujourd'hui à «l'obs» les pratiques condamnables des policiers, des gendarmes et de ses confrères.
  • Henri Leclerc lui, est un monument du barreau. Agé de 84 ans, ce militant infatigable des droits de l'homme plaide depuis plus d'un demi-siècle. A Grenoble, aux débuts des années 90, à la question d'une audience mémorable, il réussit à faire l'acquéreur Richard Roman un marginal, qui a été accusé à tort d'avoir assassiné une fillette.
  • Angélique elle, avait à peine 18 ans après a disparu un soir, du côté de Compiègne. Sa mère, Marie-Pierre va batailler durant quinze ans pour que le meurtrier de sa fille soit retrouvé. Son combat à propos de l'instauration du premier fichier ADN en France.

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *