Brexit : en visite au Royaume-Uni, Trump torpille le projet de Theresa May

Brexit : en visite au Royaume-Uni, Trump torpille le projet de Theresa May


Nouvelle provocation de Donald Trump. Le président américain doit s'entretenir ce vendredi avec Theresa May, après avoir été torpillé dans la nuit le projet de dirigeante britannique de relation commerciale avec l'Union européenne après le Brexit

"S'ils font un tel accord, nous déplorons avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni", un chef d'état au tabloïd "Le soleil" alors que Theresa peut compter profiter de Royaume-Uni fin mars 2019.

"Cela tuera probablement l'accord" avec les Etats-Unis, Donald Trump ajouté, arrivé au Royaume-Uni jeudi après-midi de Bruxelles où il a sommé ses partenaires de l'Otan de mettre la main à la poche en matière de dépense de défense.

Trump à l'Otan puis avec Poutine: la semaine à haut risque pour l'ordre mondial

Une rencontre avec Brois Johnson?

Avant de quitter la capitale belge, il avait porté un premier coup d'état au projet de Theresa May, présenté le jour-même, affirmant "ne pas savoir" s'il correspondait au vote des Britanniques de quitter l'UE. Boris Johnson, partisan d'un Brexit dur, qui a claqué la porte du gouvernement et début de la semaine pour protester contre le plan de Theresa May qui est, selon lui, un "grand premier ministre".

"Cela en dit long sur ses préférences personnelles, et vers quel genre de Brexit pour qu'il veuille voir le Royaume-Uni prendre le chemin", un estimé le quotidien "The Guardian."

A Washington, la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, une tentative de minimiser l'impact des déclarations de Donald Trump ajoute devant la presse, "il a dit dans son interview qu'elle était" une très bonne personne "et qu'il n'a jamais dit de méchant à son encontre".

Le plan que Theresa peut être proposé à Bruxelles, en ce qui concerne le maintien des liens étroits avec l'UE à 27 en matière de commerce de biens, en créant une nouvelle "zone de libre-échange". La nouvelle sortie du président américain constitue une claque d'autant plus cinglante pour Theresa May que, jeudi soir, elle a vanté la force du lien transatlantique, y voyant une opportunité "sans précédent."

Les États-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas seulement "les plus proches alliés, mais aussi les amis les plus chers", at-elle déclaré en accueillant le président américain et son épouse Mélanie pour un dîner au palais de Blenheim, résidence de campagne près d'Oxford, où sont également invités de tous les sujets.

Un thé avec la reine

Vendredi matin, les deux dirigeants doivent se trouver pour aller inspecter les troupes à la prestigieuse académie royale militaire de Sandhurst, avant les discussions bilatérales et un déjeuner à Chequers, la résidence de campagne des premiers ministres britanniques, à 70 km au nord -ouest de Londres. Outre le commerce, les échanges entre Donald Trump et Theresa mai Porteront sur le Proche-Orient et la Russie, alors que le milliardaire s'apprête à rencontrer pour la première fois le président russe Vladimir Poutine lors d'un sommet à Helsinki lundi.

Le président et son épouse sont attenants au palais de Windsor, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Londres, pour prendre le thé avec Elizabeth II. This place to coming our events in the world of Trafalgar Square to the Trump and the Trump and Change

Le matin, un ballon géant représentant Donald Trump en couche-culotte flottera dans le ciel londonien près du Parlement. Les démonstrations de mécontentement contre le président américain à partir de jeudi, avec un rassemblement devant la résidence de l'ambassadeur américain à Londres

(Avec AFP)

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *