Airbnb, Uber et restaurateurs refuseront les clients néo-nazis, un an après Charlottesville

Airbnb, Uber et restaurateurs refuseront les clients néo-nazis, un an après Charlottesville


Plusieurs sympathisants néo-nazis sont assistus dimanche devant la Maison Blanche rassemblement sous haute tension un après les incidents meurtriers de Charlottesville symbole d'extrême droite décomplexée par Donald Trump. Mais ces participants sont censés venir de tous les États-Unis, ils rencontrent des difficultés à se loger, se déplacer et se nourrir.

«New York Times» «19459005]« The last year, the à l'extrême droite. Motif avancé: les principes d'accueil de l'entreprise, de toute origine ethnique. De leur coté, Uber et Lyft ont confirmé au "Washington Post" que leurs conducteurs dans le droit de refuser les passagers de cette manifestation des suprémacistes blancs.

Washington assiste aux néo-nazis, un après les incidents meurtriers de Charlottesville

"Par-dessus tout, nous sommes HUMAINS"

Il en va de même pour certains restaurants. Par exemple, Ellen Kassof Gray, propriétaire de l'équinoxe au "Washingtonien" de respect ". En revanche, elle est très claire concernant les autres:

"Etre juive et propriétaire d'un restaurant m'empêchant de servir un groupe de clients pro-nazis? Oui."

Dans le quartier, certains de ses collègues ont fait le choix comme Alan Popovsky, le propriétaire du Lincoln, le restaurant ouvert pour le brunch dominical avant de fermer ses portes avant le dîner. Sur le restaurant de vitres de son, il y a cette petite mise au point: "Nous sommes noirs et blancs, bruns et jaunes. Femmes et hommes, homo et héro., Ici ou immigrants. Chrétiens et juifs, HUMAINS et oui, nous sommes AMÉRICAINS ".

C.C.

 L'obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
<p> <script async src=



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *