Tariq Ramadan mis en examen en Suisse pour viol et contrainte sexuelle

Tariq Ramadan mis en examen en Suisse pour viol et contrainte sexuelle


Mauvaise nouvelle pour Tariq Ramadan. Ministère public genevois a choisi une instruction contre l'islamologue-conférencier de 56 ans, actuellement détenu à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), a-t-on appris ce dimanche. C'est l'équivalent en droit suisse d'une mise en examen.

Les faits de viole et de contrainte sexuelles ont été appliqués contre lui après le dépôt d'une plainte par " Brigitte " (*), la quatrième plaignante de l'affaire. La circonstance aggravante et la séquestration n'ont pas de revenus.

"Cette décision marque un avancement majeur de la procédure suisse, et des accusations portées par notre client", réagit auprès de "l'Obs" Me Romain Jordan, avocat principal de Brigitte.

L'agression est une autre aux Etats-Unis (19459010) [19459105] [1949005]) puisqu'elle date du 28 octobre 2008. Elle se serait déroulée à Genève, dans un hôtel, en marge d'une conférence non publique de Tariq Ramadan.

"J’ai eu peur de mourir": Tariq Ramadan

Le scénario décrit par la plaignante est similaire à ceux expliqués par la première plaignante, Henda Ayari et par la deuxième, « Christelle ». Il a été utilisé uniquement dans la "Tribune de Genève", qui a pu consulter la plainte de 13 pages, déposée le 13 avril 2018.

Musulmane convertie

"Brigitte" est une citoyenne suisse, quadragénaire, convertie à l'islam à l'adolescence. Elle rencontre Tariq Ramadan lors d'une séance de dédicaces. La jeune femme est alors dans une période de vie difficile. Elle entame une conversation virtuelle avec lui via Facebook et MSN. Dans la plainte, elle reconnaît:

"Il est Montrait, parfois Taquin, qui peut aussi me suivre par exemple de 'coquine', et j'étais séduite."

Selon nos informations, un rendez-vous est pris. "Brigitte" pense qu'il va lui-même expliquer le contenu de la conférence Tariq Ramadan lui fait savoir qu'il l'attendait dans sa chambre; elle refuse de monter.

Il descend donc, ils boivent un café au bar. Puis Tariq Ramadan utilise un subterfuge pour le faire monter: il lui a dit qu'il avait besoin de son aide pour porter un fer et une planche à repasser jusque sa chambre, il doit préparer ses affaires pour une intervention à la télé suisse romande , le lendemain.

Là, la rencontre avec le cauchemar.

Ce que dit la plainte

La " Tribune de Genève" raconte les faits article dans la plainte:

"M. Ramadan s'est penché pour brancher ou débrancher un appareil. Je me trouve tout alors derrière lui […] . Au moment où il s'est redressé, son visage s'était transformé. Il m'a alors basculé sur le lit […] et est tombé sur moi. [Traduction]

"Je n'ai pas crié, de peur qu'il me frappe. Il s'est mis à m'insulter […] J'ai peur de mourir. J'étais terrifiée et paralysée."

"Brigitte" aurait été contrainte à des actes sexuels durant les heures. Tariq Ramadan l'aurait giflée plusieurs fois Elle dit s'être débattue.

"Il me semble qu'il y avait deux catégories de femmes qui refusent d'embaucher: les prostituées et les espionnes. Il m'a alors redemandé si j'étais des RG [Renseignements généraux, NDLR] . "

"Chaque fois que je tend à la main vers mon portable [qui bipait, NDLR] il m'attrapait la main et moi dit:" Occupe-toi de ton homme! "

"Brigitte" raconte avoir fait la morte. Elle serait enfiler vers 6h30, dès qu'elle a pu. Maître Jordan affirme:

"Le récit de ma cliente est clair, cohérent et tous les points crédibles. D'abord paralysé par une entreprise qu'il exerçait sur elle et par la peur, il a trouvé le courage de dénoncer les faits suite aux premières dénonciations Le dépôt de la plainte a été pour elle une libération. "

L'avocat suisse en outre que "le ministère public et la police judiciaire de Genève ont fait avancer la procédure vite et bien".

"Compte tenu de l'activisme des soutiens de Tariq Ramadan, nous serons extrêmement attentifs au respect de l'anonymat de notre client, nous poursuivons sa violation est constitutive d'une infraction pénale en droit suisse."

"Christelle", la seconde plaignante, et "Brigitte", comme le montre le site internet de Christelle, "les Plaignantes" . "This some ne do do que seven mois", précise-t-il, les accusations de collusion lancées par les soutiens de Tariq Ramadan.

Le procureur suisse (il n'y a pas de juge d'instruction dans ce pays) pourrait entendre Tariq Ramadan à Paris en octobre, en présence de deux conseils de la plaignante. "Brigitte" devrait être confrontée à lui dans la foulée.

Tariq Ramadan a déjà mis en examen en France pour deux viols et écroué en février.

Cécile Deffontaines

(*) Le prénom a été modifié

 Cécile Deffontaines "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *