Le CETA souffle sa 1ere bougie… et personne ne semble vouloir le contrôler

Le CETA souffle sa 1ere bougie… et personne ne semble vouloir le contrôler


Entré en vigueur il ya exactement un, le 21 septembre 2017, Accord économique et commercial global avait , on s'en souvient, suscité un tollé . Cet accord marchand entre l'Union européenne et le Canada allait, autorisant toutes les lois, les listes dans la loi rapport Schubert rédigé par une commission d'experts indépendants.

On suspectait les industriels nord-américains de vouloir placer sur le marché du vieux continent leurs produits et les laxistes en normes sanitaires et environnementales. saumon transgénique canadien sur les étals français.

Face aux inquiétudes, le gouvernement français, et en premier lieu celui qui occupe le ministère de la transition écologique Nicolas Hulot, avait promis de mettre en place un «garde à vue» pour éviter que l'AEC ne permette tous les abus. Un après, que sont ces garde-fous devenus?

Eh bien, il est bien d 'être à l' état de belles promesses, déplorent ce vendredi 21 septembre, la Fondation pour la nature et l 'homme (FNH) et la Fondation Veblen. "Semblent", parce que comme toutes les négociations ont eu lieu dans le cadre de la quasi-complétude des "forums" rassemblant les émissaires des Etats et des représentants des groupes industriels, ne peuvent pas être certains de ce qui s'y dit.

Véto protecteur

"Ce qu'on craignait comme même quand il s'avérait que le gouvernement français n'accepterait aucun de ses engagements, que Samuel Leré, de la FNH et la démission de Nicolas Hulot, le seul allié de l'écologie que comptait l'exécutif, n'a pas à en croire sa bonne volonté. "

Un exemple? Normalement, un garde-fou climatique, vanté par Hulot permet de bloquer toutes les initiatives contribuant au réchauffement climatique. Belle idée… à condition d’être mise en place. Fin août, ONG Les Amis de la Terre ont révélé que la Société canadienne Vermillon a déjà ménagé le gouvernement de recours devant les tribunaux d'arbitrage (prévu par le CETA) pour appauvrir la loi Hulot sur la fin des hydrocarbures. Où diable était passé le véto protecteur?

De même, est-il le "développeur de chapitre durable" contraignant qui est être adjoint au CETA? Jusqu’à preuve du contraire, il s’agit des intentions des louables…

Un unité d’enquête spéciale sur les associations de défense de l’environnement: la date de ratification du traité a changé. Elle a de quoi faire face à la fin de l'année 2018, mais a été repoussée par le gouvernement à des élections européennes, donc après mai 2019. accord qui pourrait avoir le goût des promesses non-tenues.

Arnaud Gonzague

 Arnaud Gonzague "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *