“Gaza, une jeunesse estropiée” : l’ambassade israélienne dénonce un reportage de France 2

“Gaza, une jeunesse estropiée” : l’ambassade israélienne dénonce un reportage de France 2


Alaa, un Gazaoui de 21 ans, a vu ses rêves de coureur cycliste professionnel s'envoler depuis un balle à emporté sa jambe droite. "Quand le docteur m'a annoncé l'évolution, je l'ai supplié. Je lui ai dit: 'ma vie, mon avenir, toute ma force sont dans cette jambe'. Il m'a répondu: 'C'est soit ta vie, soit ta jambe '. "

Ces derniers mois, le nombre de manifestants palestiniens blessés aux jambes se multiplient, affirme un reportage de l'envoyé spécial diffusé le jeudi 11 octobre sur France 2, qui demande à être perdu Ne tirent pas volontairement dans les jambes de Gaza participant aux "Marches du retour" à la frontière .

"C'est tout le contraire", dément un lieutenant-colonel de Tsahal interrogé dans le reportage.
"Les forces armées israéliennes font preuve de beaucoup de professionnalisme, de sang froid et de retenue face à une organisation terroriste qui, cyniquement, envoie les populations civiles en première ligne."

Mais Nadav Weiman, un ancien tireur isolé israélien interrogé par Envoyé spécial, renonce les données de ses anciens supérieurs: "Dans nos règles d'engagement, il est aussi vrai que le meneur de la manifestation, on peut s'y rendre – dans la jambe ", déclare-t-il.

Réactions virulentes à l'ambassade et au Consistoire

Mercredi, veille de l'émission, ambassadeur d'Israël en France Aliza Bin était demandé à la présidence de France Télévisions de "reconsidérer la diffusion du reportage", faisant partie de son inquiétude "quant à l'impact dommageable" il pourrait être engendré sur la communauté juive de France ".

Dénonçant un point de vue déséquilibré sur la situation à Gaza et la vision "très négative", le diplomate assure qu'un "tel contenu est susceptible d'inciter à la haine" Israël "and the extension to juifs of France", "pourquoi un amalgame fréquent et désolant entre Juifs et Israël".

Le consistoire central français (CCIF), institution représentative de la religion juive, avait également fait pression sur France 2 pour empêcher la diffusion du reportage, via une lettre signée par son président Joël Mergui: dénonçant un sujet "très engagé , à la limite de la partialité, sans autre grille de lecture possible que la condamnation pure et simple d'Israël. "

"Vous êtes évidemment connu sous le lien étroit entre la résurgence de l'antisémitisme en France et la détestation d'Israël, alimentée par de tels programmes."

Dans son courrier, Joël Mergui [anglais]dit également le rapport fasse "mention des estropiés pour conserver une certaine objectivité", et toujours:

"Je laisse à votre juste appréciation la responsabilité de mesurer la pertinence d'une telle diffusion."

Une manifestation devant France Télés

Jeudi après-midi, le président du Crif Francis Kalifat annonçait sur Twitter qu'il avait "alerté" Delphine Ernotte sur l'émotion vive "suscitée par la bande annonce du reportage, "Le service public ne doit pas être utilisé comme véhicule par Israël".

Mardi, le député UDI des Français de l'étranger Meyer Habib, élu dans la circonscription comprenant les Français, était déjà accusé France 2 de "propagande", "d ' obsession viscérale anti-israélienne ", et de" Préparer le terrain pour les futures violences antisémites, si ce n'est un attentat contre les juifs de France ".

"Cela a été prouvé et reconnu, compris par les dignitaires du Hamas: la quasi-totalité des jeunes tués ou des bénédictions étaient des activistes du Hamas, ils ont été envoyés par l'organisation djihadiste", t-il.

Une manifestation réunissant plusieurs personnes au-dessus de mercredi soir devant le siège de France Télévisions à Paris, pour protester contre la diffusion du reportage.

L'ancien correspondant en Israël de France à la télévision française Charles Enderlin, aujourd'hui retraité, a été salué sur Twitter un "sujet équilibré de la vue de l'éthique journalistique".

"On voit la tragédie, la peur, les conséquences du blocus, de l'enfermement, de la pauvreté, du chômage, de l'absence d'avenir", écrit-il.

T.V.

 Timothée Vilars "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
<p> <script async src=



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *