Campagne de Mélenchon : pourquoi Alexis Corbière était rémunéré pour ses passages télé

Campagne de Mélenchon : pourquoi Alexis Corbière était rémunéré pour ses passages télé


Il ya quelques semaines, Alexis Corbière (aujourd'hui député La France insoumise) traitement médiatique qui lui était "réservé". Le 25 février dernier, " le Parisien " écrivait en même temps que la campagne présidentielle, les contribuables "à leur passage à la poche" Mélenchon sur les plateaux de "BFMTV, CNews ou LCI". Dans la foulée, l'Insoumis avait été violé par une plainte: " Pour la première fois de ma vie, je vais l'attaquer en justice ", avait-il annoncé, qualifiant auprès de "l ' Obs "de" fielleuse "la formulation du quotidien. Qu'en est-il vraiment?

Selon le compte rendu de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, que «l'Obs» a pu consulter ce mercredi, le député LFI de Seine-Saint-Denis a bien fait facturer – sous le statut d'auto- entrepreneur – chacune de ses interventions médiatiques à l'Association de financement de la campagne de Jean-Luc Mélenchon (AFCP JLM 2017), a été maintenue par la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP). Les sommes sont modiques et, explique-t-il, feuille permettre de lui dégager un salaire d'environ 3.000 euros par mois, équivalent à l'emploi de l'enseignant d'été contraint de délaisser pour se consacrer à la campagne.

Présidentielle 2017: pourquoi les factures de la campagne de Mélenchon interrogent

205 euros la journée de plateau télé

quelques nouvelles pratiques Les factures, épargillées dans les milliers de documents que comporte le compte de campagne de JLM2017, sont adressées à "communication d'Alexis Corbière", société de "conseil en relations publiques et communication" le 13 octobre 2016 soit quelques jours avant la première convention nationale de la France insoumise à Lille. Au total, le député a perçu via cette structure 12.300 euros bruts en 2016 puis 16.400 euros bruts en 2017. Dans sa déclaration de patrimoine adressée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) après son Alexis Corbière qualifie simplement ces activités rémunérées de "conseil en communication". Auprès de "l'Obs", il reconnaît une imprécision.

(Déclaration à la HATVP)

Sophia Chikirou, dirom de Mélenchon à la patronne du Média

D'après les factures retrouvées par "l'Obs", dont une été révélée par " Mediapart " mardi, Alexis Corbière a été payé 2.050 euros par mois par l'association de financement de la campagne pour ses activités médiatiques, selon un calcul particulier: le mois a été divisé en 10 journées de travail à un tarif fixe de 205 euros la journée, y compris lorsque ces journées jours calendaires. Peu importe le nombre d'interventions réalisées par le bras droit de Jean-Luc Mélenchon au cours de ces journées. Le nombre d'heures travaillées pour chacune d'elles est aussi invariable: 7 heures, censées englober "la préparation et la lecture d'argumentaires, enregistrement et déplacement".

Document "L'Obs"

Montage "étonnant"

Toujours selon sa déclaration de patrimoine à la HATVP le futur député était payé pour moitié par l'association de financement de la campagne de Jean-Luc Mélenchon et pour l'autre moitié par Mediascop , la société fondée par la directrice de la communication de la campagne, Sophia Chikirou. Mediascop a engrangé 1,16 million d'euros, soit environ 11% des dépenses de la campagne présidentielle.

Dans les faits, Alexis Corbière a été payé à parts égales par l'AFCP JLM 2017 et par Mediascop, suspecté d'avoir pour seul client … l'AFCP JLM 2017. " Mediascop Jean-Luc Mélenchon, La société n'a pas de locaux, pas de salariés en dehors des périodes de campagne, pas de matériel ",

"J'ai été rémunéré auprès de Mediascop pour les activités de conseil et de formation des médias", précise Alexis Corbière, à l'occasion de "l'Obs".

"Qui pose la question de lien de subordination entre un client et un client. , explique à "l'Obs" un avocat bordelais spécialiste du droit du travail, qui trouve le montage "étonnant" mais pas le contraire. "L'Urssaf peut se pencher dessus, pour voir la société (Mediascop) n'existe pas en tant qu'écran.Mais tout, ces contrats présagent sur une durée assez courte."

Pour rappel, le statut d'entrepreneur interdit le travail à plein temps pour un seul employeur. Si Alexis Corbière a eu son activité d'auto-entrepreneur auprès de Mediascop ou auprès de l'AFCP JLM 2017, l'administration aurait pu être considérée ce travail présenté comme indépendant relevait en réalité dans les faits d'un salariat déguisé . Et requalifier l'auto-entreprenariat en contrat de travail classique, CDD ou CDI.

La CNCCFP, qui s'est prolongée dans les mensonges de Mediascop, n'a rien trouvé à redire à cette situation précise. Alexis Corbière a donc bénéficié des avantages du statut d'auto-entrepreneur. L'intervention de Mediascop comme sous-traitant par l'AFCP JLM 2017 peut également avoir permis à la société de Sophia Chikirou de réaliser une marge par la réfacturation. Pour rappel, la Commission a épinglé «onze prestations» facturées par Mediascop à Jean-Luc Mélenchon. Ces dernières, dont le candidat espérait le remboursement, présentaient l'effet des "écarts significatifs" avec la grille tarifaire de l'entreprise.

L.B. et T.V.

 Lucas Burel et Timothée Vilars "class =" img-profil "/> </figure>
<div>
<p class= Lucas Burel et Timothée Vilars



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *