“Je vous demande un petit effort pour m’aider” : la leçon de Macron à des retraités en colère

“Je vous demande un petit effort pour m’aider” : la leçon de Macron à des retraités en colère


Emmanuel Macron continuer le service après vente de ses réformes avec toujours le même mot d'ordre: la pédagogie. Interpellé ce mercredi 14 mars par des retraités dans la colère contre la hausse de la CSG, le chef de l'état leur a répondu qu'il "attendait" et leur demandé "un effort pour aider les jeunes actifs ".

En arrivant au Centre de formation des apprentis (CFA) des Compagnons du devoir et du Tour de France à Tours, Emmanuel Macron a été appelé par plusieurs personnes âgées: "On n'est pas contenu", dit une dame, à la veille d'un appel à manifester contre la hausse de la CSG sur les retraites.

"On nous a vraiment pompé et on a travaillé toute notre vie", a dit une autre.

Pas de quoi perturber le chef de l'État qui est parvenu, sans peine, retourner l'aide en faisant une petite leçon d'économie à son auditoire.

"On ne vous a pas pompé!", On a réintégré Emmanuel Macron

Noté que les retraités d'aujourd'hui ont travaillé pour leur retraite pour vos aînés, il a lancé un appel à la solidarité dans les générations:

"Je vous demande un petit effort pour m'aider à relancer l'économie et les actifs."

"Si je ne fais pas cet effort pour ceux qui travaillent, il n'y a personne pour payer vos retraites", at-il argumenté, en soulignant: "Vous êtes parti à la retraite au même âge que Vos parents avec une espérance de vie de 10-15 ans de plus […] je suis obligé "d'en tenir compte.

La séquence a été immortalisée par les services de l'Elysée

"Je ne peux pas plaire à tout le monde"

"Je sais, ça râle", a-t-il ajouté, "mais pour 40% des retraités, la CSG n'a pas été augmenté", a-t-il souligné. "Certains moi disent moins de 1.200 euros et vous m'avez augmenté", a-t-il poursuivi, "mais c'est parce qu'ils ont d'autres revenus, ils sont propriétaires".

Il est appelé à outrepasser la baisse de la taxe d'habitation, "certains sont des gagnants, et assez vite".

"Je ne peux pas plaire à tout le monde", at-il conclu, "on est obligé de faire bouger les choses. fait un geste, sur l'empoche les choses et sur l'oublie, sinon ça crie ".

Avant de faire remarquer:

"Il y a un qui râlent et qui ne veut pas comprendre, c'est la France."

 L'Obs "class =" img -profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *