Frappes en Syrie : Mélenchon dénonce une “action irresponsable”, Le Pen met en garde

Frappes en Syrie : Mélenchon dénonce une “action irresponsable”, Le Pen met en garde


La décision d'Emmanuel Macron d'engager la France dans une opération militaire activer plusieurs structures militaires du régime syrien a suscité des réactions politiques politiques, samedi 14 avril, notamment du côté de la France insoumise et du Front national, opposés à cette intervention.

Syrie: targets, reactions … that we are on the raids de la coalition occidentale

"Une action irresponsable", selon Mélenchon

«C'est un mauvais jour que nous sommes en train de vivre», a réagi Jean-Luc Mélenchon. "Il est temps que l'on rétropède et qu'on revienne au calme et à la seule choisi qui vaille: une conférence internationale dans laquelle tout le monde participe, notamment les Kurdes", et "l'organisation des élections en Syrie" , déclaré le député de Marseille.
"Je suis très triste et très inquiet, et je compte sur le sang-froid des Russes pour que les choses restent là", at-il poursuivi, soulignant "l'extrême danger" d'une poursuite de l ' escalade militaire.

These frappes in the night of Saturday against the capacity syriennes of production of chemical chemicals, without mandat of the ONU ni accord of other countries europe, are "irresponsables" and ne résoudront "aucun des Des problèmes se sont posés sur cette zone ", at-il ajouté depuis Marseille, où il faut participer à une marche" Arrêter Macron "aux côtés de leurs représentants syndicaux et politiques de gauche.

Attaques chimiques de Douma: rapport d'évaluation qui justifie les frappés françaises

"Le président français s'est comporté de façon lamentable sur les États-Unis d'Amérique, en se fondant sur certaines preuves de la responsabilité du régime (…) Il est le meilleur moyen de nous convaincre. "

"Macron et Trump aux apprentis sorciers"

Marine Le Pen, présidente du FN, a estimé que les frappes menées en Syrie avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, la France perdait "une occasion d'apparaître sur la scène internationale comme une puissance indépendante ". "Frappes contre la Syrie nous engageant dans une voie aux conséquences imprévisibles et à l'état dramatique dramatique", sur Twitter .

Par communiqué, l'ancien frontiste Florian Philippot a lui qualifié cette action d'irresponsable. "Elle réduit notre rôle au suppléant des Américains", elle "doit être condamnée, elle menace la paix mondiale et joue, de façon évidente, contre nos intérêts", a expliqué l'actuel président des Patriotes.

"Les Français, bien plus sages et instruits que leurs dirigeants, s'énerve contre cette entreprise belliqueuse du président Macron, qui est plus de plus en plus à Donald Trump ce que Tony Blair était à Georges W. Bush." ​​

Syrie: selon l'armée russe, les frappés occidentaux n'ont fait aucune victime

Même opposition à cette intervention du côté de Debout la France. "Emmanuel Macron et Donald Trump aux apprenants sorciers", a dénoncé Nicolas Dupont-Aignan, qui s'est allié à Marine Le Pen durant l'entre-deux-tours de 'élection présidentielle.

L'ancien candidat souverainiste à la présidentielle, François Asselineau, un carrément demandé aux parlementaires d'engager la destitution du chef de l'État, appelant une " décision d'une gravité exceptionnelle" .

"Ajouter la guerre à la guerre n'a jamais fait avancer la paix"

A droite, le ton varie selon les responsables politiques. «Ajouter la guerre à la guerre n'a jamais fait avancer la paix», a fait savoir l'ancien lieutenant de François Fillon Bruno Retailleau. "Cette démonstration de force ponctuelle risque d'alimenter le terrorisme.Elle nourrit l'idée que l'Occident est hostile au monde arabe.La voix de la France n'est forte que si elle est singulière, elle n'est utile que si elle a privilégié le dialogue ", a déploré le président du groupe LR au Sénat. Avant d'ajouter:

Emmanuel Macron aligne la diplomatie de la France sur celle de Donald Trump; c'est une erreur et les leçons du passé et de nos échecs au Moyen Orientent déjà déjà oubliés. "

Une menace terroriste a également brandi par Eric Ciotti qui lui a réagi sur Twitter.

50.000 euros de jets privés en deux semaines: la fin de campagne très planante de Fillon

A l'inverse, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, s'est dit favorable à cette intervention militaire, via son compte Twitter.

Tout comme le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde. "C'est l'honneur de la France d'être à la hauteur du rôle singulier et historique qui est le sien et d'avoir pris l'initiative, au côté des démocraties américaines et britanniques, d'exercer des frappes aériennes ciblées sur l'arsenal chimique syrien ", écrit le centriste dans un communiqué.

"Nos compatriotes doivent comprendre que l'objectif prioritaire de la France en Syrie qui demeure l'éradication définitive de Daech ne s'oppose pas à notre devoir international de protéger les populations civiles."

Pour Hollande, "l'opération est doublement justifiée"

A gauche, Olivier Faure tout nouveau premier secrétaire du PS, et Benoît Hamon ont salué cette intervention militaire. "Les attaques chimiques répétées du régime de Damas contre son peuple imposent une réaction", a écrit sur son compte Facebook le dirigeant socialiste.

"Le silence des nations ouvre une jurisprudence criminelle donnant l'occasion de violer les conventions internationales sur l'utilisation d'armes chimiques. (…) Il est urgent que s'ouvrent de nouvelles discussions Dans le cadre des Nations Unies Il n'y a pas de solution à un terme sans que soient posées les conditions d'une transition négociée. "

"Laisser Assad impuni après l'usage d'armes chimiques contre des civils est impossible", un de son côté indiqué l'ancien candidat à la présidentielle, d'ajouter:

«Mais il faut un mandat de l'ONU … Que ceux qui s'offusquent du bombardement d'une usine, sortent aussi du silence quand Poutine et Assad anéantissent les civils de la Goutha et d'Alep.

"Je m'en suis voulu": les 10 erreurs et regrets que reconnu François Hollande

François Hollande est un égakement réagi à ces frappes. "L'opération de cette nuit est doublement justifiée (…) parce qu'il ya eu l'utilisation de l'arme chimique contre les enfants, des innocents, des femmes, en aucune manière des combattants" et parce que "le régime syrien avec la complicité de son allié russe, a menti: il y a eu destruction des armes chimiques, refus de l'utilisation de ce type de procédé Hélas, sur un vu qu'il n'en avait rien 'ancien chef de l'Etat.

Mais "des frappes ne suffisent pas", a-t-il poursuivi, plaidant pour "un droit de suite, une pression diplomatique et politique pour une question soit trouvée au conflit syrien".

S.B. (avec AFP)

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
<p> <script async src=



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *