Scandale de violences sexuelles dans une université de Los Angeles

Scandale de violences sexuelles dans une université de Los Angeles


Des de l'acte d'accusation abus sex commis depuis les années 1990 par un gynécologue travaillant dans une université de Californie "Los Angeles Times".

L'Université de Californie du Sud (USC) de Los Angeles est sous le feu des critiques pour avoir continuer à exercer le gynécologue dans le centre médical de l'établissement et qui dément les accusations.

Le «Los Angeles Times» a publié des comptes rendus d'étudiants et de plusieurs personnes employées actuellement ou par le passé à l'USC à l'égard de l'attitude du médecin, George Tyndall, vis-à-vis de ses patients pour la plupart des adolescents.

Des attouchements et des commentaires sexuels racistes

Le médecin prenait en photo les parties génitales de ses patients, avançant des raisons médicales, procédures à des attouchements déplacés durant ses examens et se livrait à des commentaires sexuels discriminatoires et racistes.

En dépit d'inquiétudes manifestées par des collègues, des infirmiers et des patients, l'USC a laissé Tyndall en poste jusqu'à une plainte en 2016 devant la commission de l'égalité et de la diversité qui a déclenché une enquête interne, selon le journal.

L'USC a confirmé mercredi que George Tyndall, accusé dès 2013 d'avoir fait des commentaires racistes, a été suspendu pour avoir violé la politique anti-harcèlement de l'université après l'enquête de 2016. Mais l 'université a parallelement conclu un accord financier avec George Tyndall après que l'eut été menacée de poursuites judiciaires.

Selon l'USC, même si l'enquête a été menée en 2016 "a manqué de preuves de conduite criminelle", George Tyndall constituait "une violation claire des principes de notre communauté et une trahison honteuse de nos valeurs ".

L'université précise avoir signalé le médecin en mars au Conseil médical de Californie.

En écho à l'affaire Nassar

Dans une lettre aux étudiants, le président de l'USC, C.L. Max Nikias, écrit que l'université a informé la police et les autorités judiciaires de Los Angeles. A cette date, aucun étudiant n'a été dénoncé aux autorités envers George Tyndall.

Selon le «Times de Los Angeles», George Tyndall a maintenu ses actes pendant les examens gynécologiques étaient médicalement justifiés et menacé de poursuivre l'université.

L'affaire fait écho à celle de l'Université du Michigan (MSU) à propos de l'ex-médecin Larry Nassar, lourdement condamné fin janvier et début février pour des centaines d'agressions sexuelles sur de jeunes sportives. Mercredi, la MSU a annoncé un accord de dédommagement avec 332 victimes pour 500 millions de dollars.

(Avec AFP)

 L'Obs "class =" img-profil "/> </figure>
</footer></div>
</pre>
<p><br />
<br /><a href=Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *